VOTE | 133 fans

#310 : Bouquet final

 

Effy est toujours en cavale avec un Cook amoureux d'elle qui souhaite renouer contact avec son père dans un village plutôt glauque. Le père de Cook ne tardera pas à utiliser ces retrouvailles pour profiter de son fils et le faire participer à une course un peu spéciale afin d'effacer son ardoise de dettes. A Bristol, JJ essaie de distraire tant bien que mal Freddie qui ne peut s'empêcher de penser à Effy. Il est plus que jamais temps de mettre un terme à ce problème de triangle amoureux, encore faut-il retrouver Cook et Effy d'abord...

En plus

> Captures de l'épisode

Popularité


3.75 - 4 votes

Titre VO
Finale

Titre VF
Bouquet final

Première diffusion
26.03.2009

Première diffusion en France
12.08.2010

Vidéos

Promo

Promo

  

Extrait #1 - Effy/Cook (VO)

Extrait #1 - Effy/Cook (VO)

  

Photos promo

Cook et Freddie sur le bateau

Cook et Freddie sur le bateau

Cook

Cook

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Photo de l'épisode #3.10

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy, Freddie et Cook Sr.

Cook, JJ, Effy, Freddie et Cook Sr.

Cook et Freddie sur le bateau

Cook et Freddie sur le bateau

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Le père de Cook, Cook Sr.

Le père de Cook, Cook Sr.

Cook et Effy s'embrassent devant Freddie

Cook et Effy s'embrassent devant Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Cook, JJ, Effy et Freddie

Diffusions

Logo de la chaîne Canal+

France (inédit)
Jeudi 12.08.2010 à 00:00

Logo de la chaîne E4

Grande-Bretagne (inédit)
Jeudi 26.03.2009 à 00:00
1.23m

Plus de détails

Ecrit par : Ben Schiffer
Réalisé par : Simon Massey

Effy & Cook, complètement défoncés ressortent en rigolant d’une boîte de nuit. Ils s’embrassent et semblent heureux. Ils s’endorment près du port et le lendemain c’est Effy qui se réveille la première. Elle paraît tout de suite moins heureuse et demande à Cook lorsqu’il se réveille où ils vont car ça fait deux semaines qu’ils vont de petits villages minables en petits villages minables. Cook ne sait pas et il s’en fout pour lui, c’est le voyage qui compte. Effy insiste et il lui qu’ils sont arrivés à destination, car c’est dans cette ville qu’ont vécut ses parents. Il va voir son père et celui-ci l’amène lui et Effy dans un bar où il leur paye une bière. Cependant, il semble avoir des problèmes d’argent parce que le gérant du bar lui dit qu’il a déjà des notes à payer. Il leur dit que l’argent ne pas le plus important, baiser c’est mieux. Effy ne semble pas être à sa place.

 Pendant ce temps, Freddy et JJ semblent « travailler » dans un centre avec des objets trouvés. JJ reproche à Freddy de trop fumer de l’herbe au boulot ce que son ami semble prendre mal. JJ s’en va, énervé. Tout seul, assis sur un banc, JJ semble vouloir reprendre à faire de la magie. La mère d’Effy le reconnait et s’assoit à ses côtés. Elle lui raconte une anecdote à propos d’Effy et lui explique le sourire de sa fille qui veut dire « Tu ne me connais pas et tu ne me connaîtras jamais ». Mais elle lui dit qu’au fond Effy a beaucoup d’amour à donner aux autres, mais elle en a tellement qu’elle a peur de se dévoiler. Sa fille lui manque.

 Effy, toujours au bar avec Cook et son père, regarde ce dernier manger un entier pot de moutarde devant les encouragements de son fils pour avoir une bière de plus. Elle s’en va et rencontre un type qui lui dit que si elle était sa copine, il ne la quitterait pas des yeux. Il lui conseille de prendre soin d’elle alors que Cook les rejoints en courant. Il l’invite à danser, Effy voudrait partir mais Cook lui dit que c’est le seul endroit où ils peuvent aller. Effy est sur la piste de danse et Cook demande à son père ce qu’il pense d’elle. Son père dit qu’il serait prêt à coucher avec elle tellement elle est bien foutue mais Cook dit qu’il compte bien ne la partager avec personne. Un type vient danser un peu trop près de sa copine alors il se bat avec. Effy et le père de Cook ramènent Cook et pendant que celui-ci dort, ils parlent tous les deux et son père lui dit qu’elle va lui briser son cœur. Elle s’en va.

Freddy est seul dans sa remise, il regarde une photo d’Effy. Ensuite, il allume son ordi où il regarde un film porno en se masturbant. Sa sœur arrive sans prévenir avec JJ. Elle prend une photo pour mettre sur Facebook avant de partir.  JJ dit à Freddy qu’ils doivent retoruver Cook et Effy parce qu’ils ont des choses à régler tous. Le téléphone sonne, il répond, Effy lui demande de venir aider Cook parce qu’il a des problèmes et quand Freddy lui demande pourquoi elle, ne l’aide pas et lui dit que c’est parce qu’elle l’aime avant de raccrocher.

 Cook se réveille, amoché par a bagarre de la veille. Il cherche Effy mais ne la trouve pas. Son père lui dit qu’elle reviendra et lui demande s’il est à 100% avec lui, son fils est d’accord. Ainsi, il inscrit son fils pour une course où celui avec qui il s’est battu participe aussi. En fait, c’est le fils du gérant du bar et donc si Cook gagne, la dette est annulée et si Cook perd, son père doit donner son bateau. Ils acceptent le marché.

JJ et Freddy sont dans la ville où sont également Cook et Effy. Ils s’assoient et attendent patiemment. Cook va les voir et leur demandent ce qu’ils foutent là. JJ explique qu’ils pensaient qu’il avait des ennuis et Cook affirme n’avoir jamais été aussi heureux que maintenant. Il comprend que c’est Effy qui a appelé Freddy et Cook lui dit de participer à la course. Le gagnant à Effy. Freddy finit par accepter. Effy y assiste et JJ participe également. Ils doivent porter une grand-mère sur leur dos tout en courant. Durant la course, Cook donne un coup à Freddy ce qui lui fait lâcher la grand-mère, il est donc éliminé. C’est JJ qui gagne contre tout attente ! Cook a donc perdu le bateau de son père et veut régler son compte à JJ, cependant avec une prise qu’il a apprit dans un bouquin, il arrive à l’immobiliser lui et Freddy. Ils vont régler leurs problèmes tous les quatre. JJ dit qu’ils sont tous les trois amoureux d’elle, Effy doit choisir pour qu’ils puissent retourner à une vie normale. Elle regarde Freddy, Cook s’en va en disant qu’ils ont tous les deux pariés sur elle pour la course. Freddy et Effy se retrouvent seuls. Il lui dit que c’est de sa faute, que c’est elle qui a commencé à vouloir faire de leur relation un jeu, elle le sait. Ils s’embrassent…

JJ cours après Cook, il ne réussit pas à le retenir. Cook va boire pour noyer sa solitude.Freddy et Effy couchent ensemble. JJ attend le train sur le quai de la gare.

Cook retourne voir son père et le surprend en train de démarrer son bateau pour s’enfuir. Cook demande s’il peut venir avec et son père lui dit qu’il n’a pas demandé à ce qu’il revienne. Cook prend les clés du bateau, son père le menace d’un énorme pétard pour qu’il lui rende. Freddy débarque et assomme le père à Cook. Cook dit à Freddy que toutes les choses bonnes le fuient, Freddy lui réplique qu’il l’a lui. Il lui avoue aussi qu’il était avec Effy la nuit dernière et il le supplie de dire que « c’est ok ». Cook s’excuse mais il ne peut pas. Cependant, la situation semble s’arranger, ils sont rejoints dans le bateau par JJ et Effy. Le père n’est toujours pas réveillé. Ils décident de rentrer chez eux. Ils volent le bateau et partent avec. Le pèse se réveille et dit au fils qu’il était sur qu’il ne le laisserait pas tomber. Cook le pousse dans l’eau et va dans les bras de Freddy. Les deux anciens meilleurs amis se réconcilient autour d’une bière.

EFFY: Bonjour, Rocky.
COOK: Où on est ?
EFFY: J'avais cru comprendre que t'avais un plan.
COOK: J'ai un plan. J'en ai un. J'ai un plan.
EFFY: Ça fait des semaines, Cook. On enchaîne les bleds merdiques les uns après les autres.
COOK: Oh, faut pas bloquer sur la destination. Ce qui compte, c'est le voyage. 2009: Bonnie et Clyde. En tournée en Grande-Bretagne.
EFFY: S'il te plaît, je suis sérieuse. Dis moi où on va.
COOK: On y est. C'est ici.
EFFY: Ici ?
COOK: Ici. Dans cette ville.
EFFY: Pourquoi ?
COOK: Parce que c'est là que mon père habite.

COOK: Tu viens pas avec moi ?
EFFY: Pas tout de suite.
COOK: Mais je veux que tu le rencontres, moi. Je t'ai amenée ici pour que tu le voies.
EFFY: Je vais le rencontrer. Mais je crois que tu devrais aller le voir tout seul en premier. Fais pas ta gonzesse. Fais attention.


[Dans un bar.]

COOK SR: Mesdames et mes deux, bonjour. Aujourd'hui les barres chocolatées sont pour moi, tournée générale, c'est moi qui régale, d'accord ? Mes amis, la chair de ma paire, je vous présente mon rejeton, et sa charmante et ravissante copine. Envoyez les pintes et les choppes par ici monsieur, et que ça saute, j'ai la bouche aussi sèche que l'abricot d'une nonne. Je te laisse admirer le seul poulet à 65 bornes à la ronde. Fais ce qu'il te plaît. Grilles-en une à l'intérieur, tu peux même foutre des cendres partout, ça fera ciller personne. En fait tant que tu y es, pisses dessus. Je connais des petits vieux qui paieraient cher pour voir ça. Tu sais quoi, on est plus au Kansas, Toto, ici on est libre comme l'air.
COOK: Amen.
COOK SR: Ah voilà.
DONALD: Je t'accorde une seule et unique tournée en l'honneur de ton fils.
COOK SR: Dis donc Donald, comment je suis censé régler mes dettes, hein ? Ta femme s'absente trop souvent, ça me laisse pas beaucoup d'occasion de m'occuper d'elle.
DONALD: Ça fait 345 livres et 23 pences.
COOK SR: "Ça fait 345 livres et 23 pences." Crétin. Tout ce qui compte pour les connards de son espèces c'est le pognon, hmm ?
COOK: C'est une honte, hein, papa?
COOK SR: Il y a quand même des choses beaucoup plus importantes que ça dans la vie, pas vrai?
EFFY: Comme quoi ?
COOK: Le cul.
COOK SR: Baise. Les grands esprits se rencontrent, fiston, les grands esprits se rencontrent. C'est bien connues, les meilleures choses dans ce bas monde sont celles dont on peut jouir à l'oeil.
COOK: C'est bien vrai ça, papa.
COOK SR: J'arrive pas à y croire. Ça là. C'est bon ça hein ?  Toi et moi, de nouveau réunis. Enfin. Je suis comme un clebs qui aurait deux queues ! Il n'y a rien de plus important que la famille. Pas vrai, princesse ?


[JJ et Freddie travaillent.]

JJ: Je trouve pas l'article 4778. Quelqu'un a fait une erreur affreusement gênante. Si je dois passer en revue tout les 477, je vais me froisser, et me fâcher n'en parlons pas. Surtout si quelqu'un...
FREDDIE: Ça va ?
JJ: Ouais, t'inquiète pas. Mon échine et mon crâne ont amorti le choc. Ben le voilà, l'article 47758.
FREDDIE: Je t'avais dis de faire gaffe avec l'escabeau, J.
JJ: Je suis qu'un pauvre crétin à moitié teubé ?
FREDDIE: T'es pas un crétin... Quel est le con qui perd ça dans le bus ?
JJ: Les 477 proviennent tous de trains.
FREDDIE: T'as un truc en particulier à me reprocher ?
JJ: J'aimerai seulement que tu fumes pas autant de beuh quand on est au travail.
FREDDIE: Pourquoi ? Ils s'en foutent !
JJ: C'est simplement un peu chiant, parfois.
FREDDIE: Tu me trouves chiant ? Bon, y a quoi d'autres sur cette liste ?
JJ: Écoute, Fred, pardon.
FREDDIE: Ca va.
JJ: S'il te plaît, je suis désolé...
FREDDIE: Ça va.
JJ: Nom d'un chien, Fred ! Arrête de dire que ça va ! Ça va pas, rien ne va ! On est... Dans la mouise, d'accord ?
FREDDIE: Fait attention à pas trop te lâcher niveau langage !
JJ: Ah ouai, écoute ça. Ca me pète les couilles, j'en ai plein le cul, vous me faites chier, j'arrête !
FREDDIE: Tu déconnes, tu peux pas démissionner !
JJ: Bien sûr que si. L'élève dépasse le maître.
FREDDIE: Tu pars avec la lunette des chiottes...


[Sur un banc.]

ANTHEA: Tu es... un ami d'Effy ?
JJ: Heu... Je crois ouais. Vous êtes sa mère ?
ANTHEA: Oui. Je peux... m'asseoir ? Tu es JJ, c'est ça ? Le magicien.
JJ: Oh, je faisais de la magie avant... Mais plus maintenant.
ANTHEA: J'étais mariée avant. Mais plus maintenant.
JJ: Prenez une carte, n'importe laquelle.
ANTHEA: Je croyais que tu avais laissé tomber.
JJ: Y a des habitudes qui sont difficiles à lâcher.
ANTHEA: Effy aime la magie.
JJ: Vous êtes sure ?
ANTHEA: Bon, évidemment pas les conneries genre abracadabra et compagnie... Oh, excuse moi, je suis désolée, je voulais pas...
JJ: C'est rien. Je me suis accomodé de la situation.
ANTHEA: Tu sais... elle avait 4 ans la première fois qu'elle m'a battu à une partie cache-cache, quatre ans. Je l'ai cherchée pendant des heures. Et puis, quand je l'ai enfin trouvée... elle m'a souri. Tu connais le sourire d'Effy ? Celui qui veut dire... "Tu ne me connais pas vraiment et tu ne me connaîtras jamais." Au fond, on peut dire que c'est de la magie. Elle est extrêmement douée pour avoir des secrets, se cacher, esquiver...
JJ: Ouais...
ANTHEA: Mais je la connais bien mieux qu'elle ne le croit. Et je sais qu'elle a au plus profond d'elle tellement d'amour à offrir... Que la seule penser d'y donner libre court, d'abattre ses cartes... la fait mourir de trouille. Jamais j'aurais cru qu'il était qu'une personne me manque à ce point...


[Au bar.]

COOK: Ouai, allez, vas-y, continue comme ça! T'y es presque, je sens que t'as le bon rythme là, c'est bien ! C'est du gâteau, lâche pas l'affaire ! Vas-y papa, c'est fastoche, c'est qu'un pot de moutarde !
COOK SR: Voilà le travail.
COOK: Il s'est presque tout tapé. Vas-y fais pas le con, donne lui sa récompense.
DONALD: Le pot tout entier, c'est lui qui l'a dit.
COOK SR: Bon, d'accord. Allons-y.
COOK: C'est dans la poche, allez !
COOK SR: Voilà. Alors c'est qui le meilleur, hein ?
DONALD: Et voilà, ça fait une demi-pinte de bière pour le pauvre con de service. Allez, c'est l'heure les mecs ! Dégagez votre cul de mon pub, allez en boite ou rentrez chez vous.


[Dans la rue.]

DONNY: Vous avez vu comme j'assure, hein? Ça gaze ?
EFFY: Salut.
DONNY: Tu fais quoi ?
EFFY: Je sais pas trop.
DONNY: Tu fais quoi demain ? Y a le stepple du solstice d'été.  T'as qu'à venir faire un tour.
EFFY: Le quoi ?
DONNY: C'est une course. C'est une vieille tradition. Je suis champion depuis trois années consécutives. Pas vrai les gars ?
EFFY: Impressionnant.
DONNY: Tu sais, si t'étais ma nana, je crois que je te quitterais pas des yeux une seule seconde.
EFFY: Ah ouai ?
DONNY: Ouai. Je te menotterais au lit et tout le bazar. Ce truc va finir par te tuer, tu sais.
EFFY: Je suis sur le cul, là.
DONNY: C'est drôle, fais le graver sur ta tombe.
EFFY: Alors, quoi, tu fumes pas c'est ça? Tu bois pas ? Rien du tout ?
DONNY: Rien du tout, on est clean. Je me laisse pas bouffer par la pression, je m'efforce de prendre soin de moi. Tu vois ce que je veux dire ?
COOK: Tu viens, Effy, on va danser. Toi, moi et mon père.
EFFY: Non.
COOK: Quoi ?
EFFY: Et si on quittait se trou à rat ? Tirons-nous, maintenant.
COOK: Effy, le truc, c'est qu'on a pas d'autres endroits où aller. On y est. Et c'est le super kiffe. On va se défoncer, bébé !


[En boite.]

COOK: Alors, comment tu la trouves?
COOK SR: Tout à fait à mon goût. Jolies gambettes, des miches de premier choix, et un cul comme deux boules de billard moulées dans une chaussette, une merveille ! Ah ouai, je suis pas contre un aller-retour en enfer sous la croupe de cette pouliche. Mais on dirait que je vais pouvoir me taper la queue avant de prendre mon tour.
COOK: Non, je la garde pour moi, tu sais. Elle à moi. Je laisserais pas un enculer me la prendre.
COOK SR: Viens voir... J'ai l'impression qu'un enculer l'a déjà fait.
COOK: Eh... Quoi ? Enculer de ta mère ! Mange ça !


[Sur le bateau.]

COOK SR: C'est la pleine lune. Les nuits où la pleine lune brille dans le ciel... les Dieux et les démons sortent de leur cachette pour s'amuser. Dis moi ce que ça fait, de savoir que tout le monde te désire ? Donny crève d'envie d'aller voir dans ta culotte. Tu le laisserais faire ? Si on parlait de moi ? Tu me laisserais aller voir dans ta culotte? Finalement t'es trop belle, c'est ça ton problème. C'est pour ça que tu détruis tout ce que tu touches.
EFFY: C'est vous qui me dites ça.
COOK SR: Je suis un Guns'n'Roses, ma jolie. J'ai un appétit de destruction démesuré.
EFFY: Vous n'êtes pas son père. Pas vraiment.
COOK SR: Et toi t'es pas sa copine. Pas vraiment. Un de ces quatre, tu vas lui briser le coeur en mille morceaux.
EFFY: Vous le faites déjà depuis le premier jour de sa vie.
COOK SR: Où tu vas comme ça ?
EFFY: Nul part.


[Dans la cabane de Freddie.]

KAREN: Freddie? JJ est là. Bye. Je suis vraiment désolée... Mais sur facebook, ça fera un malheur.
JJ: Je voulais juste te dire un truc.
FREDDIE: Je devrais peut-être éteindre ça avant...  C'est bon tu peux regarder.  Bon, alors qu'est-ce que tu fous là? Je croyais que t'avais démissionné.
JJ: Je peux pas démissionner, toi non plus. Aucun de nous le peut. On est toujours les Trois Mousquetaires. On doit passer à l'action.
FREDDIE: Bon et on est sensé faire quoi ?
JJ: On est censés les retrouver. On est censés régler ce problème une fois pour toute.
FREDDIE: Y a pas de problème à régler.
JJ: Vraiment ?

Le téléphone sonne.

FREDDIE: C'est quoi ce numéro ? Allo ? Allo ? Qui est à l'appareil ?
EFFY: C'est moi. Cook a des emmerdes. Il a besoin de toi. Il faut que tu viennes le chercher.
FREDDIE: Quoi, et pourquoi toi tu l'aides pas ?
EFFY: Parce que je suis amoureuse de toi.


[Sur le bateau.]

COOK: Elle est où, Effy ?
COOK SR: Aucune idée. J'imagine qu'elle a du foutre le camp pendant la nuit.
COOK: Pourquoi ?
COOK SR: Probablement qu'elle était jalouse de nous.
COOK: Faut qu'on parte à sa recherche.
COOK SR: Oh t'en fais pas, elle va revenir.
COOK: Qu'est-ce que t'en sais ?
COOK SR: Elle est dans une petite ville, elle a pas un radis, et elle a pas de caisse. Quoi qu'il en soit, le cul, c'est le cul. Et la famille c'est la famille. J'ai une idée qui secouer sec les habitants de ce putain de trou à rat. Mais va falloir que tu sois à 100% avec moi, ok ?


[Devant le bar.]

COOK SR: Bon, une fois qu'on est à l'intérieur...
COOK: C'est toi qui parle.
COOK SR: Les grands esprit se rencontrent encore une fois, fiston.
COOK: Ouais, papa.
COOK SR: Oh, j'aime ça "papa".
COOK: T'excites pas, papa.


[Dans le bar.]

COOK SR: Tu nous a fait une super déco, Donald. C'est à quelle heure que Bozo le Clown doit servir les petits gâteaux et les glaces ?
DONALD: Barres-toi. Tu boiras plus une goutte d'alcool ici de toute ta vie.
COOK SR: Putain de merde, Donald. Ton sens du commerce est parti aux chiottes ou quoi ? On tolérerait pas un tel comportement aux States.
DONALD: Si tu veux foutre les voiles en Amérique, Cook, rien au monde ne me ferait plus plaisir. Je t'offres même le billet.
COOK SR: Mais si je m'en vais, je pourrai jamais rembourser mes dettes.
DONALD: Comment t'arriverais à me rendre tout le fric que tu me dois ?
COOK SR: En faisant un petit pari.
DONALD: Oh, merveilleux. Raconte-moi ça.
COOK SR: Mon fils ici présent, va participer à votre course.
DONALD: Ça c'est une... bonne nouvelle. Personne n'allait se donner la peine d'entrer en concurrence avec Donny cette année. Tu veux parier quoi ?
COOK SR: Si mon gamin gagne la course, t'annule mes dettes, comme Bono et ses africains qui crèvent de faim.
DONALD: Ok, mais si jamais ton gosse termine second... je récupère ton joli bateau et toi mon vieux, tu fous le camp de la ville, et on te revoit plus.
COOK: Marché conclut.
COOK SR: On vous latte plus tard, alors.


[Dans le village.]

FREDDIE: C'est quoi ce bled pourri ?
JJ: Ben je sais pas, mais ça correspond à l'indicatif de l'appel. Alors à ton avis, on fait quoi ? On va faire un tour en ville, chercher la cabine téléphonique.
FREDDIE: Non. On reste ici.
JJ: T'es sur qu'ils vont passer par là?
FREDDIE: Ils vont venir. Y a pas le choix.

Les heures défilent.

COOK: Qu'est-ce que vous foutez là tous les deux? Qu'est-ce que vous foutez là ?
JJ: On croyait que t'avais des emmerdes.
COOK: J'ai l'air d'avoir des emmerdes? Je suis mille fois plus heureux que vous l'avez jamais été, bande de misérables petites merdes.
FREDDIE: Où elle est ?
COOK: Ah, ah ouais, d'accord. C'est pour ça que t'es venu. Putain tu sais pas reconnaître ta défaite, ou quoi?
JJ: Les mecs, c'était pas censé se passé...
COOK: Comment vous m'avez retrouvé ?
JJ: Elle l'a appelé. Mais... arrêtez vos conneries, OK ? Écoutez-moi, s'il vous plaît.
FREDDIE: Tais-toi, JJ.
COOK: Dégage, JJ.
JJ: Comme vous voudrez, bon... si ça vous amuse, battez-vous comme des gros trous du culs que vous êtes.
COOK: On règle tout à la course?
FREDDIE: T'as dis quoi là ?
COOK: On règle tout à la course. La vainqueur se la garde pour lui. Pour toujours.
FREDDIE: T'es un gamin.
COOK: T'es qu'une gonzesse. Allez, putain, et l'histoire sera réglée.
FREDDIE: Par une course ?
COOK: Quoi, t'as une meilleure idée ?

DONALD: Mesdames et messieurs, bienvenue au steeple annuel du solstice d'été. Depuis des temps immémoriaux, cette course illustre à perfection l'esprit de notre ville, coriace, intransigeante, dure. Ils sont nombreux à s'être crus capables de relever le défi mais rares sont ceux qui ont réussis. Y a qu'un seul gagnant, les autres peuvent aller se faire foutre. Permettez moi de vous présenter le champion en titre, mon fiston, Donny Donaldson.
FREDDIE: C'est qui ce blaireau ?
DONALD: Nous avons enregistré la participation d'étrangers à la course... je ferais donc bien de rappeler brièvement les règles. Le but est de faire le tour du village, le premier qui revient ici est déclaré vainqueur. Oh, et si vous perdez votre mamie en route, vous dégagez. Et je vous prie de croire que vous allez tâter de la tatane, les gars. En piste je vous prie. Rejoignez vos montures. Mamies, foncez. À vos marques... prêts... partez ! Je crois que je vais faire du petit bois de ton bateau et m'en servir pour me chauffer.
COOK SR: Allez, mon fils !
DONALD: Allez, Donny ! Vas-y !
COOK: Gonzesse !
FREDDIE: Putain, c'est ridicule!
MAMIE: Pourquoi tu m'as lâché ?
FREDDIE: Il m'a foutu un coup de coude!
MAMIE: Et alors?
FREDDIE: Ben c'est pas juste!
MAMIE: Pas juste ? Non mais tu te crois où, petit ? Dans le Club des cinq ?


[Au bar.]

DONALD: Tu dirais à ton paternel que je passerais demain dans la matinée pour récolter mon butin.
COOK: Espèce de connard de trou du cul, tu m'as fais perdre le bateau, Effy... J'ai plus rien à cause de toi maintenant...
JJ: C'est une prise de Wushu. Je l'ai apprise dans un bouquin. Tiré d'un film.
FREDDIE: J, c'est bon laisse tomber...
JJ: Normalement, si j'exerce la bonne pression, vos yeux quittent leurs orbites.
FREDDIE: T'es con, mes yeux sauteront pas de leurs orbites.
JJ: Tu veux vraiment prendre le risque ? Ok les gars, allons laver notre linge sale en famille. Toi aussi. Pas toi, loser.


[Dans une salle.]

JJ: Assieds-toi.
COOK: Écoute, JJ.
JJ: Bien, finissons-en. Plus d'échappatoires. Plus de "oh, je suis bien foutue et mystérieuse !" Alors, Freddie, il est amoureux de toi. N'est-ce pas Freddie ? N'est-ce pas Freddie ? Et Cook, il t'aime, n'est-ce pas ? Et je te signale au passage que je t'aime aussi. Et que, j'ai remporté la course. Donc. Trois garçons, une fille. C'est une équation insoluble, à moins que tu choisisse. Comme ça on pourra enfin reprendre nos vies là où on les a laissées.

Effy regarde en direction de Freddie.

COOK: Allez tous vous faire foutre. Au fait, il a fait un pari sur toi, ton prince charmant. Celui qui gagnait la course te gardait pour lui... La classe, hein ?
JJ: Je suis pas au courant je te jure. Cook, attend.
COOK: Non, je vais pas passer ma vie à me foutre à genou, j'ai assez donné. Cook, on peut trouver une solution mais... Restez-là, vous deux.
FREDDIE: À quoi tu t'attendais ? C'est toi qui a commencé à en faire un jeu. Tu te rappelle ta connerie de liste ? T'es la seule responsable. C'est de ta faute tout ça, de ta faute si on est dans cette merde.
EFFY: Je sais.
FREDDIE: Tu sais ? C'est quoi cette réponse à la con?
EFFY: C'est la seule que j'ai.


[Dans la rue.]

COOK: Vous croyez tous... Vous croyez tous que je suis un sac à merde, que vous valez mieux que moi, que vous valez mieux que mon père.
JJ: Je vaux pas mieux que ton père. Toi, oui. Tu vaux mieux qu'un homme qui fuit les personnes qui l'aiment. Qui ont besoin de lui.
COOK: Oh, va te faire foutre, sale gogole de mes deux...
JJ: Cook, où tu vas?
COOK: Me bourrer la gueule jusqu'à tomber ivre mort. Après j'irais demander pardon à mon père et la vie pourra enfin commencer.

Cook s'en va, il boit. JJ s'endort en attendant le train. Effy et Freddie font l'amour dans la salle du bar.


[Sur le bateau.]

COOK: Papa ! Je croyais qu'on allait secouer sec les habitants de ce trou à rat, toi et moi.
COOK SR: Je laisserais pas ce crétin piquer mon bateau.
COOK: Bon, et moi, je peux pas venir ?
COOK SR: Écoute, moi j'ai rien demandé. C'est pas moi qui t'ai demandé de rappliquer. Regarde, y a pas assez de place.

Cook vole les clés.

COOK SR: Qu'est-ce que tu fout ? Donne-moi les clés.
COOK: Non.
COOK SR: Laisse-moi te dire un truc, James. Je voulais déjà pas de toi au départ. Alors file-moi les clés et tires-toi de mon bateau.
COOK: Non.
COOK SR: Donne-moi ces putains de clés !
COOK: Non.

Son père le menace avec une fusée.

COOK: Donne les clés à papa, ou je te crame ta tronche de cake ! Sois raisonnable, fiston. Je te promet que je vais le faire. Je te promet que je vais le faire, j'en ai rien à foutre!
COOK: J'en ai rien à foutre non plus.

Freddie arrive et assomme le père de Cook.

FREDDIE: C'est la merde, putain! Et toi ça va ?
COOK: Il le pensait pas. Tout façon, quelle différence ça fait? Je peux jamais rien garder de bon, absolument rien.
FREDDIE: Tu m'as, moi. Quand je pense qu'on a fait une course de grand-mères...
COOK: J'avais tout prévu, putain. Acheter un bateau, l'amarrer dans le coin, je décrochais un job, la totale quoi. Mais elle ne m'aime pas.
FREDDIE: Si, bien sûr que si, je sais qu'elle t'aime.
COOK: Elle t'aime plus que moi.
FREDDIE: J'étais avec elle hier soir. Tu comprends ? Alors tu devines ce que je suis venu te demander. Cook, pitié, dis moi que ça va aller.
COOK: Je peux pas. Freddie, je peux pas, c'est tout. Je suis désolé mais je l'aime à en crever. Je suis désolé. Je l'aime à en crever.
FREDDIE: Ouai, mais on va pas pouvoir la partager, hein?
JJ: Cook! Freddie! Bien, vous êtes là. Y a un problème ?

Ils lui montrent le corps du père de Cook.

JJ: L'un dans l'autre, je dirais qu'il est vivant.
EFFY: Cool...
FREDDIE: Faudrait pas le ligoter tant qu'on peut?
JJ: Non. Après un coup à la tête pareil, on va pas s'amuser à empêcher le sang de circuler.
COOK: Je sais pas, J.
JJ: Bon, on se débarrassera de lui plus tard. En attendant, couvrez-vous bien.
FREDDIE: Tu fais quoi ?
EFFY: JJ ?
JJ: Les mecs, on rentre à la maison.
FREDDIE: On peut quand même pas piquer le bateau, c'est ridicule.
JJ: Ça rattrapera les dix-sept ans sans cadeau de Noël et d'anniversaire. Cook, démarre, s'il te plaît. Faut qu'on parte, vite.
FREDDIE: Pourquoi ?
JJ: Trop tard.
DONALD: Dégagez de mon bateau !
JJ: Regardez !
EFFY: Oh, merde !
JJ: Montez  à bord. Allez, allez. Démarrez moi ce bateau, vite!
EFFY: Dépêche-toi, Fred.
FREDDIE: JJ, aide-moi à le pousser.
EFFY: Grouillez-vous !
COOK: Ça marche pas !
FREDDIE: JJ, aide-le, tu veux bien?
COOK: Branleurs !

COOK SR: Ca gaze les trous du culs ?
DONALD: Bande de merdes, je vous retrouverai ! Je vous retrouverai !
COOK SR: Va te faire foutre ! Je suis Cook, espèce de connard! Je suis Cook ! Viens que je t'embrasse. Je savais que tu ne me laisserai pas, fiston ! Je suis Cook, bande d'enfoirés !
COOK: Non. Je suis Cook.

Il pousse son père à l'eau.

COOK: Enfoiré ! Va te faire foutre! Je t'emmerde !

Le bateau s'éloigne.

FREDDIE: Alors... on fait quoi maintenant ?

EFFY: Morning, slugger.
COOK: Where are we?
EFFY: Thought you were the man with the plan.
COOK: I am. I am.
EFFY: It's been weeks, Cook. One small shitty town after another.
COOK: Oh, Eff, it's not about the destination. It's about the journey. '09 Bonnie and Clyde. Outlaw tour of Britain.
EFFY: I'm serious, Cook. Where are we going?
COOK: We're here. This is it.
EFFY: Here?
COOK: Here. This town.
EFFY: Why?
COOK: Because this is where my dad lives. Aren't you coming with me?
EFFY: Not yet.
COOK: But I want you to meet him. I brought you here to meet him.
EFFY: I will. But I think you need to meet him first. Don't be a pussy.
EFFY: Be careful.

[In the pub.]

COOK SR: Ladies and germs, the fucking Milky Bars are on me. Drinks all round, yeah? Ah, Jesus. Everyone, the fruit of my looms. My fucking son. And this is his very lovely ladyfriend. Pints and shots over here, monsieur, and make it snappy, my mouth's as dry as a nun's. Have a view at the only copper for 40 miles. Eh? Do what you like. Smoke inside. Ash on the fucking floor, see if anyone bats an eyelid. In fact...piss on it. There's a couple of old boys would pay top dollar to see that. This ain't Kansas any more, Toto. Out here you are free as fuck.
COOK: A-fucking-men.
COOK SR: Right, here we go.
DONALD: You get one round on account of your lad being here.
COOK SR: Donald, how am I meant to clear my tab, eh? Your wife's away so much I hardly get a chance to see to her.
DONALD: That's 345 pounds...23 pence.
COOK SR: "That's 345 pounds...23 pence." Dick. The only thing that matters to shitheads like him is money.
COOK: It's a fucking disgrace, Dad.
COOK SR: I mean, there's got to be more to life than that, am I right?
EFFY: Like what?
COOK: Fucking.
COOK SR: Shagging. 'Ey! Ah-ha-ha! Great minds, Son. Great minds. Everyone knows the best things in life are free.
COOK: Never a truer word, Dad.
COOK SR: Can't believe it. This. Mm? Feels all right, don't it? Me and you, back together. At last. I'm like a dog with two dicks! There's nothing more important than blood. Eh? Isn't that right, princess?


[Freddie & JJ are working.]

JJ: I can't find item 47758 anywhere. Someone's made a very inconvenient error. If we have to go through all the 477s I'm going to be piqued, not to mention vexed. Especially if someone's...
FREDDIE: You all right?
JJ: Yep, don't worry. My back and skull cushioned the fall. Here's item 47758.
FREDDIE: I told you to be more careful on the step ladder, J.
JJ: Stupid old useless, mental me.
FREDDIE: You're not useless...just... Who loses a toilet seat on a bus?
JJ: The 477s are all from trains.
FREDDIE: Have you got, like, some kind of problem with me?
JJ: I just wish you wouldn't smoke so much weed while we're working.
FREDDIE: Why? They don't care.
JJ: It's just a bit...boring sometimes.
FREDDIE: Are you saying I'm boring? Right, so what's next on the list?
JJ: Look, Fred, sorry.
FREDDIE: It's fine.
JJ: Please, I'm sorry, Fred.
FREDDIE: It's...fine.
JJ: For flip's sake! Stop saying it's fine! It's not fine! Nothing's fine! It's all...smegged, OK?
FREDDIE: You're really getting the hang of this swearing stuff, J!
JJ: OK, how about this, then? I mother-fucking, fanny-farting, cock-munching resign!
FREDDIE: What do you mean you're quitting? You can't quit.
JJ: I can. I learned from the best.
FREDDIE: You've still got the toilet seat.


ANTHEA: Are you... Effy's friend?
JJ: I... I think so. Are you her mum?
ANTHEA: Can I...sit? JJ, right? The magician.
JJ: Oh...I used to do magic. Not any more, though.
ANTHEA: I used to be married. Not any more, though.
JJ: Pick a card, any card.
ANTHEA: I thought you gave up.
JJ: Some things are quite hard to let go of.
ANTHEA: Effy likes magic.
JJ: Are you sure ?
ANTHEA: Well, yeah, not the... you know, stupid abracadabra sort. I... I'm so sorry.
JJ: It's OK. I've come to terms with the facts.
ANTHEA: You know... she was four years old the first time she beat me at hide and seek. Four. I was looking for her for hours. When I finally found her... she just smiled. You know that Effy smile? That means..."You don't know me at all." "And you never will." See, that's a kind of magic. She's so good at concealing things and...hiding, avoiding.
JJ: Yeah.
ANTHEA: But I do know her. And I know that she has got so much love in her heart... that the thought of...letting it out, showing her cards... it scares her to death. I never knew it would be possible to miss someone this much.


[In the pub.]

COOK: Go on, Dad! Come on, all the way! All the way, Dad! Go on, Dad! COOK SR: Excellent. Piece of piss. Have that! Well, he's done most of it. Go on, don't be a twat, give him his prize.
DONALD: The whole jar, we said.
COOK SR: All right.
COOK: Nice. Ease you in.
DONALD: One half-pint of bitter, you sad little man. Right! Time! Everyone either head down the club or fuck off home!
COOK SR: Oh, I'm gonna have to neck it now.


[Outside.]

DONNY: How about that, boys? Eh? All right? What you doin'?
EFFY: I'm not sure.
DONNY: What you doin' tomorrow? It's the solstice steeplechase. Come down and watch.
EFFY: The what?       
DONNY: It's a race. Old village tradition. I'm champion, three years running. Aren't I, lads? You know, if you were my girl, I wouldn't let you out of my sight.
EFFY: Yeah?
DONNY: I'd handcuff you to the bed an' all. Those things'll kill you, you know.
EFFY: Hadn't heard.
DONNY: That's funny, you can put it on your tombstone.
EFFY: So, what, you don't smoke? Drink? Nothing?
DONNY: We're straight-edge.
COOK: Ef! Effy!Effy!
DONNY: I don't let the pressure crush me up. You've got to look after yourself. Know what I mean?
COOK: Come on, Ef. We're going clubbin'. You, me and Dad.
EFFY: No.
COOK: What?
EFFY: Let's get out of here. Let's just go, now.
COOK: Effy... Listen, there's nowhere else to go. This is it. And it's fucking brilliant! Come on, let's go get fucked up.


[In the club.]

COOK: So what d'you think of her, then?
COOK SR: Very tidy. Nice pins, quality tits and an arse like two snooker balls in a sock. Marvellous! Yeah. I'd ride that to hell and back. Looks like I'll have to get in the fucking queue, though.
COOK: No, I'm going to keep her, you know. She's mine. No cunt's taking her away from me.
COOK SR: I reckon some cunt already did.
COOK: What? You fucking prick! Fucking prick! Fucking... Come on!


[Out of the boat]

COOK SR: Full moon. When the full moon rises... ..gods and monsters will come out to play. So how does it feel? Eh? To have everyone want you? That Donny's desperate to get into your pants. Are you gonna let him? What about me? You gonna let me into your pants? Yeah. Too pretty for your own good. That's why you destroy everything you touch.
EFFY: Look who's talking.
COOK SR: I'm Guns N' Roses, love. I've got an appetite for destruction.
EFFY: You're not his dad. Not really.
COOK SR: And you're not his girlfriend. Not really. You're going to fucking snap that boy's heart in two.
EFFY: And you've been doing it to him every day of his life.
COOK SR: Where do you think you're going?
EFFY: Nowhere.


[In Freddie's shed.]

KAREN: Freddie!        
FREDDIE: Oh, yeah, right there. Ohh!
KAREN: JJ's here. Bye. Sorry, it's just...Facebook really needs to hear about this.
JJ: I just wanted to say something.
FREDDIE: Maybe I'll turn this off first, yeah? You can look now. So what's up? I thought you'd quit.
JJ: I can't quit. You can't quit. None of us can. We're still the Musketeers. We do stuff.
FREDDIE: Well, what are we supposed to do?
JJ: We're supposed to find them. We're supposed to sort this mess out once and for all.
FREDDIE: There's nothing to sort out.
JJ: Really?

Rings


FREDDIE: What is this number? Hello?
EFFY: Hello?
FREDDIE: Who is this?
EFFY: Freddie... Cook's in trouble. He needs your help. You need to come get him, right?
FREDDIE: Well, why can't you help him?
EFFY: Because I love you.


[On the boat.]

COOK: Where's Effy?
COOK SR: No idea. She must have fucked off sometime during the night.
COOK: What?
COOK SR: Probably jealous of you and me.
COOK: We've got to find her.
COOK SR: Never mind, she'll be back.
COOK: How do you know?
COOK SR: She's in a small town, she's got fuck-all money and she's got no car. Anyway, fanny's fanny. Yeah? Family's family. I've got an idea that's going to take this town by fucking storm. But I need you with me 100%. Yeah?
COOK: Yeah.
COOK SR: Right, when we get in there... You do the talking. Great minds, son. Great minds.
COOK: Yeah, Dad.
COOK SR: Oh, I've missed "Dad".
COOK: Fuck off, Dad!


[In the pub.]

COOK SR: Oh! Place looks cracking, Donald.  What time's Binkie the Clown serving up jelly and ice cream?
DONALD: Piss off, you. You're never getting a drink in here, ever.
COOK SR: Fucking hell, Donald. Your customer service has gone right out the window. They'd never stand for that in the States.
DONALD: You want to sod off to America, Cook, be my guest. I'll even buy your ticket.
COOK SR: But if I left, Donald I'd never be able to pay off me debt.
DONALD: How are you ever gonna pay me back?
COOK SR: Little wager.
DONALD: Oh, wonderful! Do tell.
COOK SR: My boy here... is going to enter your steeplechase.
DONALD: That... is...good news. No-one was even bothering to enter against Donny this year. What's the bet?
COOK SR: If my boy wins, you drop the debt, like Bono wants for them starving Africans.
DONALD: Fine. But if he loses... I get your boat and you fuck off out of town.
COOK SR: You're fucking on.
DONALD: Beat you later, then.


[In the street.]

FREDDIE: What a shithole.
JJ: Well, this was the area code. So what do you reckon? Shall we...have a look around town, do you think, try and find that phone box?
FREDIE: No, we'll stay here.
JJ: How do you know they'll be here?
FREDDIE: They're coming. OK? They have to.

COOK: What the fuck are you doing here?
JJ: We thought you might be in trouble.
COOK: Do I look like I'm in trouble? I'm fucking ten times better than you've ever been, you pair of miserable, boring shites.
FREDDIE: Where is she?
COOK: Oh, right. That's why you came. Fucking hell. You don't know when you're fucking beat, do you?
JJ: Guys, this isn't how it's supposed to...
COOK: How did you find me?
JJ: She called him. But...just stop this, right? Listen to me, please.
FREDDIE: JJ, stop it.         
COOK: Fuck off, JJ.
JJ: Oh, OK, then. You know, flipping... flip the both of you, then. Fuck-turds!
COOK: Enter the race.
FREDDIE: You what?       
COOK: Enter the race. The winner gets to keep her. For ever.
FREDDIE: You're a child.        
COOK: You're a pussy. Come on, let's fucking settle this.
FREDDIE: In a race?
COOK: You got any other ideas?

DONALD: Ladies and gentlemen welcome to the annual solstice steeplechase. From time immemorial this race has typified the spirit of our town tough, uncompromising, hard. Many have attempted the challenge. Few have succeeded. It's winner-takes-all and everyone else can  fuck off. Allow me to introduce the reigning champion, my son, Donny Donaldson.
FREDDIE: Who's that bellend?
DONALD: Not since the first time since Kriss Akabusi graced us with his presence, we have outsiders in the race, so I'd better explain the rules. Once round the village. First one back here is the winner. Oh, and if you drop your elder, you're out, and, er, we give you a bit of a shoeing, lads. Elders, assemble. Choose your riders. Elders, mount. On your marks...set...go! I think I'll chop up your boat and use it for firewood.
COOK SR: Come on, son!
DONALD: Come on, Donny! Away, man!
WOMAN: Why did you stop, mate?
FREDDIE: He fucking elbowed me.
WOMAN: So?
FREDDIE: That's not fair, is it?
WOMAN: Fair? What do you think this is? Enid Blyton?!

WOMAN: Oh, you twat!
SOMEONE: Crap, you were.
JJ: This is my race! Mine!
PEOPLE: JJ JJ JJ JJ JJ...
DONALD: Tell your dad that I'll be there in the morning to collect me winnings.
COOK: You fucking dick! You've lost my dad's boat,Effy...  I've got fuck all now, you...
JJ: This is the wushu finger hold. I learnt it in a book. Of a film.
FREDDIE: J, let's just leave it now...
JJ: I'm pretty sure if I apply the correct pressure, your eyes pop out.
FREDDIE: J, my eyes aren't going to pop out.
JJ: Do you really want to take that chance? Let's not air our dirty laundry in public, boys. You, too. Not you, loser.


[In the pub.]

JJ: Take a seat, Ef.
COOK: JJ, mate...
JJ: Now, let's get down to it. No more evasion. No more, "Ooh, I'm so fit and mysterious." Now, Freddie he's in love with you. Aren't you, Freddie? Aren't you, Freddie? And Cook, he loves you, yes? And just for the record, I love you, too. Plus...I won the race. So, three boys, one girl. It's an insoluble equation, unless you choose. Then we can finally get back to our lives.
COOK: Fuck all of yous.       
JJ: Cook! No!        
COOK: Your Prince Charming made a bet on you whoever wins the race gets to keep you. Classy, eh?
JJ: Effy, I didn't know. Cook, stay.
COOK: No, I'm not living on my fucking knees any more.
JJ: Cook, we can solve this. Stay here, you two.
FREDDIE: What did you expect? You made this a game first. Remember that stupid fucking list? You made this happen. And it's all your fault this is all so fucked up.
EFFY: I know.       
FREDDIE: You know? What sort of fucking answer's that?
EFFY: The only one I've got.


[Outside.]

JJ: Cook! Cook. Cook.        
COOK: You all think... you all think that I'm scum that you're better than me that you're better than my dad.
JJ: Cook... I'm not better than your dad.You are. You're better than someone who runs away from the people who love them. Who need them.
COOK: Oh, fuck off, man. You daft boon!
JJ: Cook... where are you going?
COOK: I'm going to drink myself to death. Then I'm going to say sorry to me dad. Then life finally begins.


[On the boat.]

COOK: Dad?Dad! I thought we was gonna take this town by storm, you and me.
COOK SR: I'm not letting that twat take my boat.
COOK: Well, can't I just come with you, then?
COOK SR: Look, I didn't ask for this. I didn't ask you to turn up here. There's no fucking space. What the fuck are you doing? Give me the keys.
COOK: No.
COOK SR: Let me tell you something, James. I never fucking wanted you in the first place. So give me the keys and get off the fucking boat.
COOK: No.
COOK SR: Give me the fucking keys!
COOK: No.
COOK SR: Now, give Daddy the keys, or I'm gonna melt your fucking face off! Be sensible, son. I'll fucking do it. I'll fucking do it! I don't give a fuck.
COOK: I don't, either.

FREDDIE: This is bad. Fuck! Cook, are you all right?
COOK: He didn't mean it. What's the fucking difference? Nothing good ever stays with me. Absolutely nothing.
FREDDIE: You've got me. I can't believe we just went granny racing.
COOK: I had it all planned out, man. Get a boat of our own moor it down here a job, everything. But she doesn't love me.
FREDDIE: She does. I know she does.
COOK: She loves you better.
FREDDIE: I was with her last night. Do you understand? So you know what I've come here to ask you. Cook, please... please just say it's OK.
COOK: I can't Freds, I just can't. I'm sorry. I just fucking love her. I'm sorry. I fucking love her.
FREDDIE: But we can't share, can we?
JJ: Cook! Cook! Freddie! Right, there you are. What's up?

JJ: On balance, I'd say he was alive.
EFFY: Great.
FREDDIE: Should we...like...tie him up?
JJ: No. A bump to the head like that, you don't want to interrupt the blood flow.
FREDDIE: I dunno, J.
JJ: Right, we'll dump him later. Everyone wrap up warm.
FREDDIE: What are you doing?
EFFY: JJ?
JJ: We are going home.
FREDDIE: We can't just nick the boat, this is ridiculous.
JJ: This is 17 years' worth of birthday and Christmas presents. Cook, start the engine, please. We need to leave quite quickly.
FREDDIE: Why?
JJ: Too late.
DONALD: Oi! Get out of my boat!        
JJ: Look.
EFFY: Oh, my God!
JJ: Get on the boat. Go, go, go.  Get that engine started, OK?
EFFY: Hurry up, Fred.
FREDDIE: Help me push it out.
EFFY: Hurry up!
DONALD: Get out of my boat!
COOK: Get it started. Come on!       
FREDDIE: JJ,help him, will you?
DONALD: Wankers!
COOK SR: It's all right, you little fucks.
DONALD: Wankers! You shit, I'll find you! I'll find you!
COOK SR: Fuck you! I'm Cook, you shithead! I'm Cook! Come here. I knew you wouldn't let me down, son. Eh? I'm Cook, you fuckers! Cook!
COOK: No. I'm Cook. Fuck you! Fuck you! Fuck you!
FREDDIE: So...what do we do now?

Kikavu ?

Au total, 26 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

skins4ever 
06.08.2020 vers 11h

kira2000 
24.02.2019 vers 01h

idrialcest 
31.10.2018 vers 10h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

Natsu800 
09.12.2016 vers 12h

marie8383 
21.11.2016 vers 19h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Sortie UK | Pixie avec Sebastian De Souza

Sortie UK | Pixie avec Sebastian De Souza
Ce mercredi 23 octobre 2020, certaines salles de cinéma britanniques accueillent dans leur...

Kaya Scodelario castée dans le reboot de Resident Evil

Kaya Scodelario castée dans le reboot de Resident Evil
Alors qu'une série animée et une série live-action de Resident Evil sont prévues sur Netflix, Sony a...

Bon mois d'octobre avec Jessica Sula !

Bon mois d'octobre avec Jessica Sula !
C'est l'actrice Jessica Sula qui est à l'honneur sur le calendrier du mois d'octobre !  J'espère...

The Keeper avec Freya Mavor ce soir sur Ciné+ Emotion

The Keeper avec Freya Mavor ce soir sur Ciné+ Emotion
La chaîne Ciné+ Emotion vous propose ce soir à 22h30 le biopic The Keeper. Freya Mavor y incarne...

Les poings contre les murs avec Jack O'Connell sur OCS Choc

Les poings contre les murs avec Jack O'Connell sur OCS Choc
Ce soir, mardi 29 septembre, la chaîne OCS Choc diffuse à 23h10 le film de David Mackenzie, Les...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

HypnoRooms

mnoandco, Hier à 12:03

Un pt'tit clic pour départager les finalistes du concours A Discovery of Witches? Vous pouvez en profiter pour aussi commenter le nouveau design

stella, Hier à 12:07

Les forums du quartier OTH reprend vie. Un nouveau pendu et un nouveau survivor vous attend.

Aloha81, Hier à 16:52

Aloha ! Nouveau Survivor et sondage toujours en cours sur le quartier Magnum P.I. ! Bon week-end à tous !

Luna25, Hier à 19:01

Nouveaux duel, pdm et sondage sur le quartier Legends of Tomorrow !

Luna25, Hier à 19:02

Deux flics joués par Shemar Moore (S.W.A.T./Esprits Criminels) s'affrontent dans le duel, venez les départager

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site