VOTE | 130 fans

#207 : L'ordre rétabli

Que devient Effy ? La jeune fille a eu de quoi s'occuper: entre son père qui a quitté la maison, sa mère qui se drogue avec les médicaments de Tony et ce dernier qui court après Michelle... Et par dessus tout, elle doit rendre pour son cours d'Art plastique, un dessin sur "l'émotion". Mais Effy est maligne. Proposant à Sid de régler son problème avec Cassie, tout en aidant Chelle et Tony, elle lui demandera en contre-partie de faire son devoir. Ce n'est pas fini, elle doit aussi prendre en charge la nouvelle de son cours d'Art, Pandora. Celle-ci, un peu niaise au début, se révèle pourtant être la solution d'Effy...

En plus:

> Captures de l'épisode

Popularité


5 - 1 vote

Titre VO
Effy

Titre VF
L'ordre rétabli

Première diffusion
24.03.2008

Première diffusion en France
02.07.2009

Vidéos

Extrait (VO) - Showdown: Cassie & Sid

Extrait (VO) - Showdown: Cassie & Sid

  

Opening scene - Effy (VO)

Opening scene - Effy (VO)

  

Diffusions

Logo de la chaîne Canal+

France (inédit)
Jeudi 02.07.2009 à 00:00

Logo de la chaîne E4

Grande-Bretagne (inédit)
Lundi 24.03.2008 à 00:00
0.69m

Plus de détails

Ecrit par: Lucy Kirkwood
Réalisé par: Simon Massey

Un téléphone sonne. La maison est pleine de bazar. Le père d’Effy et Tony laisse un message depuis Paris. Effy décroche le téléphone. La mère de Tony prend les médicaments de Tony. Effy et Tony discutent de la relation de ce dernier avec Michelle qui ne veut toujours pas lui parler. Quand Effy est partie à l’école, Tony ouvre un cahier et regarde toutes les photos de Michelle qu’il a gardées. Il essaye d’appeler Michelle. Elle ne décroche pas et cache son portable dans un tiroir pour ne plus l’entendre.

Effy est à son cours d’APL. La professeure la critique car elle ne fait rien. Une nouvelle élève arrive, Pandora. Effy doit prendre en charge Pandora. Pandora lui propose un marché, si elle arrive à faire un truc qu’Effy ne sait pas faire, Effy accepte d’être son amie. Elle grimpe alors dans un arbre. Pendant ce temps, Effy parle avec un garçon, Jake, qui veut coucher avec elle. Pandora finit par sauter de l’arbre accrochée à une corde.

Effy amène Pandora chez elle. Sid attend devant la porte et Effy le fait entrer pour qu’il voie Tony. Tony assis, une enveloppe devant lui. Sid dit à Tony que Michelle la quittée. Pandora décide d’ouvrir la grosse enveloppe qui vient de Michelle. C’est la montre que Tony avait offerte à Michelle pour son anniversaire. Anthea, la mère d’Effy, arrive, complètement droguée par les médicaments de Tony. Effy va la coucher dans sa chambre. Effy lui prend les médicaments. Pandora arrive et dit que Tony est mignon. Effy lui dit qu’il est incroyable et pas mignon et elle lui raconte l’accident.

Sid et Tony parlent du temps où ils étaient encore amis. Ils font la poignée de main qu’ils faisaient pour se réconcilier, mais cela ne marche pas. Tony part réviser. Effy arrive et dit à Sid qu’il a couché avec la mauvaise personne et qu’il aurait dû rester avec Cassie. Effy lui propose alors un marché. S’il lui fait son devoir d’APL, elle fait en sorte d’arranger les choses avec Cassie et Tony et Michelle.

Pandora emprunte des fringues à Effy et elles vont voir Cassie pour « se fournir en drogues ». La mère de Pandora n’arrête pas de l’appeler. Cassie embrasse une autre fille. Effy lui dit que Sid est désolé, mais Cassie s’en fiche. Cassie donne de l’herbe à Effy et Pandora paye car son grand-père lui a légué sa carte de crédit. Un garçon entre et embrasse Cassie et ils vont dans la chambre. Pandora qui est une « fille bien » les regarde scandalisée.

Tony essaye d’appeler Michelle, mais elle ne décroche pas. Tony observe Anthea, profondément endormie, et s’excuse pour tout le mal qu’il a causé depuis l’accident. Effy entend tout. Pandora fume un joint, est complètement stone et matte Tony. Elle s’écroule.

Sid sonne et demande à voir Effy. Sid présente un tableau qu’il a fait. Effy n’en veut et lui donne 24h pour faire un truc convaincant pendant qu’elle sort faire la fête. Effy, Pandora et Tony se rendent en boîte. Le videur laisse entrer les filles, mais pas Tony. Pandora danse comme une folle et tout le monde la regarde. Effy vend les cachets de Tony et Jake vend l’herbe. Sid essaie de peindre un tableau pour Effy. Il découvre une bouteille d’alcool, boit et soudain il est inspiré. Le videur laisse finalement entrer Tony. Tony voit comment Effy revend la montre de Michelle. Pandora complètement droguée, s’écroule dans les bras de Tony après avoir essayé de l’embrasser. Ils rentrent tous à la maison.

Le lendemain, Effy envoie Jake pour qu’il couche avec Cassie. Elle les prend en photo en train de s’embrasser. Sid se réveille dans la chambre d’Effy dont les murs sont pleins de photos de Jake et Cassie. Sid les arrache et crie.

Michelle reçoit un colis qui contient la montre. Elle pleure. Sid court. Il arrive chez Cassie, Chris lui dit de partir, mais Cassie dit que c’est bon. Chris s’en va et les laisse discuter. Sid et Cassie s’engueulent. Sid dit à Cassie qu’il n’a jamais aimé Michelle, qui l’aimait elle. Il lui dit qu’il la déteste parce qu’elle n’était pas là quand il avait besoin d’elle. Il lui dit qu’il l’aime et ils s’embrassent. Tony appelle Michelle. Elle lui dit qu’elle l’aime puis elle raccroche.

Effy va à son cours d’APL sans travail. Le travail de Sid est maintenant celui de Pandora. Effy veut se faire renvoyer. Le père de Tony et Effy rentre à la maison, une maison rangée et proprette. Après avoir discuté avec Tony, il monte voir Anthea qui dort. Ils s’embrassent. Effy lit un livre que sa professeur d’APL lui a conseillé. 

Jim sur le répondeur : bon bah Paris c’est vraiment une ville de merde, c’est crade c’est cher il n’y a que des français quand je pense qu’on a failli passer notre lune de miel ici putain Anthéa je te jure si tu voyais ce trou à rat tu ne regretterais pas nos deux semaines aride ça c’est moi qui te le dis et alors leur saucisson dégeu qu’ils font dans des boyaux tu trouves ça romantique toi ? Bref mauvaise nouvelle l’agence centrale veut que je reste une semaine de plus, à croire que ces connards de beaufort de grenouille soient incapables de péter sans mon aide, alors les enfants vous êtes gentils avec votre mère un peu de discipline d’accord ? Gardez la maison rangée d’accord ? Bon bah c’est tout, je vous embrasse. Ah au fait c’était papa.

EFFY : salut papa.

M. Stonem : ah bonjour mon cœur tu es gentille avec maman ?

EFFY : ouais.

M. Stonem : tu l’aides à la maison ?

EFFY : justement je dois y aller j’ai une lessive à étendre.

M. Stonem : les femmes ça ne s’arrêtent jamais haha.

EFFY : ouais haha, bon je te laisse.

M. Stonem : d’accord, tu peux me passer…

EFFY : bonjour maman.

ANTHEA : Tony ?

EFFY : Tony va mieux maman. Dis-moi tu vas t’habiller aujourd’hui ?

ANTHEA : oui bien sûr, ne te fais pas de soucis.

TONY : ça va être long ?

EFFY : me bouscule pas d’accord.

TONY : j’ai du mettre mon caleçon de secours.

EFFY : il n’y a plus de lait, tu peux tirer un trait sur le petit dèj. Toujours pas de nouvelle ?

TONY : non rien.

EFFY : tu l’as appelée combien de fois ?

TONY : 39.

EFFY : des sms ?

TONY : 141.

EFFY : et rien ?

TONY : et rien.

EFFY : wow, Michelle te déteste vraiment alors.

TONY : ouais.

EFFY : il faut dire que tu es venu foutre le bordel dans son couple.

TONY : je sais.

EFFY : tu t’es pointé comme une furie et tu as fait ton petit numéro.

TONY : oui je sais, je l’aime tu comprends ?

EFFY : tu l’aimes ?

TONY : ça va lâche-moi avec ça Effy !

EFFY : l’amour, l’amour, l’amour à quoi ça sert ? Absolument à rien.

Au lycée.

La prof : c’est pour ça mesdemoiselles que ce cher Monet était à chier. Comme Lucienne Freud me l’a dit un jour, deux nénuphars ? Mon cul ! Je posais pour lui toute la matinée et l’après-midi je l’accompagnais jusqu’au sommet de l’extase grâce à mes caresses, il me disait Énéide, tu ne seras jamais une artiste mais tu as une poitrine éblouissante et avoir une belle poitrine ça implique d’énormes responsabilités et ma responsabilité, obtenir 100% de réussites aux examens par l’intermédiaire de l’art c’est pourquoi vous devez réaliser une œuvre notée sur le thème de l’émotion. Ursula, où est ton émotion ?

URSULA : oh, heu ce n’est pas encore terminé madame Deluca.

Mme Deluca : Marjorie, deux disciples de la rédemption atteints par l’exaltation de la création et Effy à oui Effy, sens-tu le géni créateur s’épanouir en toi ? Tes veines s’emplir du flot effervescent de la libre expression ?

EFFY : non.

Mme Deluca : voilà comment je vois les choses, en contrepartie des 13 000 livres que te parents nous versent nous leur garantissons la réussite totale de leur fille aux examens alors je te suggère de vite trouver l’inspiration d’ici jeudi. Comme Georges Brac me le disais si bien…

PANDORA : euh c’est bien la classe de madame Deluca ?

Mme Deluca : non mon enfant, ce n’est pas la classe mais l’atelier de madame Deluca et toi qui es-tu ?

PANDORA : ben je m’appelle Pandora, je suis nouvelle.

Mme Deluca : en classe ou en tenue d’Eve.

PANDORA : pardon ?

Mme Deluca : soit tu vas t’asseoir soit tu te défais tout de suite de tes vêtements qui t’encombre pour que nous célébrions tes formes à coup de  traits à la mine de plomb. La sonnerie mesdemoiselles est le symbole de l’accomplissement, elle nous parle de l’extase engendrée par quoi ?

Les filles : la libre expression !

Mme Deluca : par la libre expression oui !

Une élève : tu ne la trouves pas merveilleuse ?

Une autre élève : tu parles, elle est carrément épatante. Mon père l’a connue au Maroc et il parait qu’elle est raide dingue des arabes.

Mme Deluca : Effy s’il te plait, Effy, un instant je te prie. Je ne crois pas qu’il soit correct de laisser une nouvelle élève s’épanouir toute seule, tu n’es pas de mon avis ? Pandora chérie ne fait pas ça.

PANDORA : pourquoi ?

Mme Deluca : regarde-la, elle est innocente, il lui faut un mentor, un guide, tu vois ce que je veux dire ?

EFFY : euh non, j’ai déjà mon devoir à faire et…

Me Deluca : oui ça sera parfait vous pourrez vous entraidez, l’idée te plait-elle Pandora ?

PANDORA : oui ce serait chouette, si je suis là c’est parce que je suis bonne à rien.

Mme Deluca : au moins cette jeune fille est perspicace. Au fait Effy, j’insiste sur les 100% de réussite, en cas d’échec, le lycée de jeune fille West File ne sera plus qu’un lointain souvenir.

EFFY : autrement dit ils vont me renvoyer.

Mme Deluca : bien sûr sinon nous ne connaitrions pas ce taux de réussite.

EFFY : non.

Mme Deluca : bien à présent éclipsez-vous, savourez l’instant et laissez vous parcourir par le frisson de l’art.

A la sortie du lycée.

PANDORA : attend Effy, attend ! Madame Deluca a dit qu’on devait être amies.

EFFY : j’ai pas d’ami moi.

PANDORA : super j’en n’ai pas moi non plus. C’est pas génial ça ? Je suis sure que je connais un truc que tu ne sais pas faire.

EFFY : il n’y a rien que je ne sache pas faire, rien du tout.

PANDORA : tu ne sais surement pas faire ça, si j’arrive à t’impressionner je pourrais devenir ton amie, j’ai ma propre corde et tout regarde.

EFFY : pas mal.

PANDORA : ma mère m’a envoyé à l’école du cirque pour vaincre mon vertige, c’est mon meilleur numéro, j’arrive à dégrafer mon soutif sans enlever quoi que ce soit.

EFFY : si tu le dis.

Un gars : ah salut Effy.

EFFY : tu veux quoi ?

Le gars : tu sais exactement ce que je veux.

EFFY : Jake, on ne baisera pas un point c’est tout.

JAKE : en tout bien tout honneur.

EFFY : dans tes rêves.

JAKE : allé tu me l’avais promis, tu m’avais promis une culbute en tout bien tout honneur.

EFFY : et alors, j’ai menti.

JAKE : fait chier.

PANDORA : je suis prête !

JAKE : c’est qui elle ?

EFFY : Pandora.

JAKE : elle a une drôle de touche.

EFFY : pas plus que toi.

JAKE : tu ne disais pas ça hier soir pendant que je faisais courir mes mains sur ta nuque.

EFFY : je n’ai rien dit parce que tu m’as promis de m’aider à diler de l’herbe ce soir.

JAKE : oui mais je veux te faire grimper au rideau bébé, en tout bien tout honneur toujours.

EFFY : je suis là avec une copine branleur.

PANDORA : tada !

JAKE : impressionnant.

Devant chez Effy.

EFFY : ça va Sid ?

SID : j’étais juste en train de, examiner tes poubelles.

EFFY : tu veux voir Tony ?

SID : je n’en sais rien pourquoi pas ouais tant qu’on y est.

EFFY : amène-toi.

Dans la maison.

EFFY : grosse journée ?

TONY : hum.

SID : salut Tony ça gaz ? Je voulais savoir comment tu allais.

TONY : au poil.

SID : je m’inquiète pour toi parce que…

TONY : tu m’as piqué ma copine ?

SID : à ce sujet elle m’a largué moi aussi. Ça te dérange si je…

TONY : pas du tout.

SID : il arrache.

EFFY : c’est quoi ça ?

TONY : c’était au courrier c’est l’écriture de Michelle.

PANDORA : je peux l’ouvrir ? J’adore ouvrir les paquets.

EFFY : c’est Pandora.

TONY : salut.

PANDORA : maman envoie nos cadeaux de Noël aux pauvres en Afrique et à Barnsley sauf les jeux de lettres, maman doute qu’ils sachent lire. Oh.

TONY : je la lui ais offerte pour son anniversaire.

SID : je suis désolée c’est ma faute. Michelle avait, c’était comme si elle avait un vide à remplir, je veux dire pas celui auquel tu penses, non écoute le truc…

ANTHEA : alors qui parmi vous veut voir mon meilleur gage de cul ?

EFFY : non merci maman.

SID : bonjour Anthéa.

ANTHEA : non chut, regardez. C’est mon meilleur gage.

EFFY : c’est bon maman tu n’es pas obligée.

ANTHEA : merci, merci à tous c’était Anthéa Stonem, je serais là toute la semaine.

EFFY : viens avec moi tu as besoin de te reposer.

ANTHEA : oh ils ont pas aimé mon gage.

EFFY : si, ils ont adoré.

ANTHEA : tant mieux.

Dans la chambre d’Anthéa.

EFFY : ça va ?

ANTHEA : ouais.

EFFY : bon détends-toi.

ANTHEA : je crois que je vais faire un petit somme.

EFFY : c’est ça tu as raison.

ANTHEA : après tout ira… ouais.

EFFY : aller.

PANDORA : ta mère est folle ?

EFFY : non elle est simplement fatiguée.

PANDORA : il a l’air chouette ton frère.

EFFY : il n’est pas chouette, il est plus que ça. Il a été renversé par un bus, il a du réapprendre à faire un tas de choses, réapprendre à nager, à écrire son nom, réapprendre à être mon frère.

Dans le salon.

SID : on ne se réconcilie pas ?

TONY : non Sid.

SID : j’étais seul Tony et parfois quand il ne t’arrive que des merdes bah tu as besoin.

TONY : de niquer ?

SID : ouais, non pas ça.

TONY : c’était ma copine.

SID : c’est pas vrai c’était plus ta copine. Tu ne voulais plus d’elle.

TONY : maintenant si et je t’emmerde. Tu te rappelles quand on était gosses et qu’on se fritait ?

SID : comme la fois où tu as dit à madame Stevens que j’avais rasé son hamster ?

TONY : ouais dans le genre, on ne s’adressait plus la parole de la journée et puis à la fin tu ne tenais plus et tu te pointais chez moi sur ton petit vélo rose avec tes roulettes.

SID : il n’était pas rose il était magenta.

TONY : tu t’excusais, on faisait notre truc avec les mains, celui que tu as inventé. C’était fini, réglé.

SID : ouais c’était facile. Ça a pas marché hein ?

TONY : non pas cette fois.

SID : où tu vas ?

TONY : réviser.

SID : il faut qu’on règle cette histoire.

TONY : ramène-la moi d’abord.

EFFY : tu n’es qu’un idiot, tu ne te tapais pas la bonne fille. C’est Cassie que tu aimes. Faut pas te voiler la face, si tu as sauté Michelle c’est parce que vous les mecs vous êtes trop cons et que tu n’avais personne d’autre à baiser ce qui en soit est carrément pathétique. Tu trouves pas ?

SID : on t’a jamais dit de ne pas faire ça ? Tu n’as pas le droit de lire dans les pensées des gens, c’est pas cool d’accord.

EFFY : peut être mais j’ai raison.

SID : tu as toujours raison putain toi et ton frère vous avez toujours, toujours raison.

EFFY : ce lait est périmé depuis 15 jours.

SID : ça ne se sens plus j’ai mis du cacao en poudre dedans. Il a juste une drôle de texture. Putain pourquoi il fat toujours que je merde ?

EFFY : bah tu as l’air plutôt doué pour ce genre de truc.

SID : Cassie ne veut plus entendre parler de moi.

EFFY : qu’est-ce qui te fait dire ça ?

SID : regarde ce que j’ai reçu. Je me retrouve une fois de plus dans la merde jusqu’au cou. Mon meilleur pote je l’ai perdu connement, ma copine je l’ai perdu connement, mon autre copine je l’ai perdu connement.

EFFY : tu donnerais n’importe quoi pour que tout soit comme avant.

SID : ouais.

EFFY : mais tu es incapable de faire quoi que ce soit qui implique effort, concentration et subtilité.

SID : yep.

EFFY : les femmes sont un vrai mystère pour toi.

SID : dans le mille.

EFFY : des dons artistiques ?

SID : bien sûr que non, hein ?

EFFY : j’ai un devoir à faire sur le thème de l’émotion et tu as l’air particulièrement émotif. Tu pourrais t’y coller à ma place.

SID : pourquoi ?

EFFY : faut tout t’expliquer à toi. En échange je mets fin à ton mélodrame à deux balles.

SID : quoi tu ferais ça ?

EFFY : à titre exceptionnel.

Dans la chambre d’Effy.

PANDORA : tu as vraiment des tas de fringues géniales dans ton armoire. Des copines ça partagent tout pas vrai ? Oh une seconde. Salut maman, devine quoi j’ai trouvé une copine. Non pas comme la dernière, non pas sur internet. Non pas cette fois c’est une fille pour de vrai.

EFFY : amène-toi.

Dans la rue.

PANDORA : on va où comme ça Eff ?

EFFY : Eff ?

PANDORA : oui on va où comme ça Eff ?

EFFY : chercher une commande.

PANDORA : une commande de quoi ? Oui maman ? On doit passer prendre une commande. Elle veut savoir ce que c’est comme commande.

EFFY : de la drogue.

PANDORA : de la salade. Eff !

CASSIE : salut Effy.

EFFY : salut.

CASSIE : entre. C’est qui elle ?

EFFY : Pandora.

PANDORA : salut.

EFFY : elle est vierge.

CASSIE : cool.

Une fille : au fait Cassie je t’ai piqué une culote.

CASSIE : ok à un de ces quatre.

La fille : tu es un coup d’enfer tu le sais ça ?

CASSIE : oui bien sûr.

PANDORA : elles s’embrassent sur la bouche avec la langue.

EFFY : Cassie, Sid te fait dire qu’il est vraiment désolé. Il t’aime, il te demande pardon d’avoir sauté Michelle, il faut que tu reviennes.

CASSIE : dis-lui que j’ai découvert le pouvoir de la chatte.

La fille : oh oui.

CASSIE : celle la je l’ai appelé Sidley et celle là c’est Micha. Vous ne trouvez pas que Micha est super jolie ? Regardez Sidley il lui bave dessus. C’est trop dégelasse hein ?

PANDORA : ils se reproduisent ?

CASSIE : oui Sidley et Micha se reproduisent. Quand je serais prête je les arroserais de sel, quand je serais prête à me venger. Allé venez prendre votre pelouse et voilà 10 grammes d’herbe de premier choix.

PANDORA : wow.

EFFY : ça te dérange si je te paie demain ?

PANDORA : t’inquiètes, j’ai de quoi payer. Alors les herbes c’est combien ?

CASSIE : oh c’est pas cher.

PANDORA : mon grand père est mort et c’est moi qui aie hérité de sa carte de crédit.

CASSIE : génial.

PANDORA : avec toute l’herbe séchée qu’on a, on va fabriquer des cigarettes qui font rire ?

EFFY : pas tout de suite non.

CASSIE : c’est ouvert.

Un gars : salut Cassie.

CASSIE : salut Dany vient par là. On vous laisse d’accord ?

EFFY : ok et en ce qui concerne Sid hein ? Tu veux ajouter autre chose ?

CASSIE : dis-lui que je viens de prendre un allé simple pour le paradis de la queue et que j’adore ça.

PANDORA : bon sang de bois, elle est bizarre cette fille. C’est comment dire une chienne.

Dans la chambre d’Anthéa.

TONY : je suis désolé d’avoir tout gâché, de pas avoir regardé en traversant la route, que tu déprimes à cause de moi et que papa ne supporte plus d’être à la maison avec nous. Je l’aime maman, je n’arrête pas de me dire, je n’arrête pas de me dire qu’elle va venir sonner à la porte, à quoi ça sert, tu n’entends pas.

EFFY : notre belle au bois dormant des temps modernes.

TONY : oh putain !

EFFY : elle attend son prince, je te roule un pétard si tu veux.

TONY : ça me rendrait bizarre.

EFFY : quoi plus bizarre que t’es déjà ?

TONY : fait chier.

EFFY : pourquoi s’emmerder ?

TONY : à faire quoi ?

EFFY : à s’inquiéter pour les gens qui nous entourent.

TONY : tu me la fais pas à moi, Effy Stonem.

Dans le salon.

PANDORA : oui maman, non je vais bien, super méga bien. Ouaip, je suis avec mes potes, si tu savais ils sont trop cools putain, bah là je bloque grave sur la queue de Tony mais il le sait pas. A un de ces quatre.

SID : Effy est là ?

TONY : elle est dans sa chambre.

SID : ok.

TONY : tu vas niquer ma sœur c’est ça ? D’abord tu te tapes ma copine et ensuite ma sœur.

SID : non n’importe… Tu es grave tu sais ?

TONY : ça va, simple curiosité.

SID : non je vais attendre qu’elle ait 16ans, au moins ça sera légal.

Dans la chambre d’Effy.

EFFY : loser, ce n’est pas une émotion.

SID : s’en est une pour moi. Tu trouves ça à chier ?

EFFY : ouais.

SID : j’ai grillé 4 stylos bille pour faire ça, je les avais achetés exprès. Tous morts, tu me dois 79 pounds d’ac ? Oh Effy, molo.

EFFY : je sors, tu as 24 heures devant toi pour me pondre un truc qui n’ait pas l’air de l’œuvre d’un débile mental. Trempe ton pinceau là dedans et ne compte pas sortir d’ici avant que mon devoir soit terminé.

SID : écoute, je ne suis pas sur que ça fonctionne cette histoire alors on laisse tomber d’accord ? Je lâche l’affaire.

EFFY : oh, oh Sid ! Oh mon dieu elle est énorme Sid ouais. Oui, oui !

SID : ça va je vais le faire ton devoir.

EFFY : amuse-toi bien.

SID : s’il vous plait tirez-moi de ce cauchemar.

Devant une boîte.

TONY : je ne comprends toujours pas pourquoi je devais venir.

EFFY : parce que si tu deviens encore plus chiant on va devoir te faire piquer.

TONY : sympa.

PANDORA : je ne te trouve pas chiant moi Tony.

TONY : et maman ?

PANDORA : elle aime pas les garçons elle dit qu’ils cherchent à m’envoyer en l’air.

TONY : non ma mère à moi.

EFFY : elle va bien, elle dort profondément alors arrête de chialer ok ? Salut Radge.

RADGE : salut mon cœur.

EFFY : et ce roman ça avance ?

RADGE : oh pour être honnête j’ai d’énormes difficultés avec le dénouement, mon éditeur n’est pas franchement emballé par la structure postmoderne du dernier chapitre. C’est pas… attend d’où elle sort celle là ?

EFFY : je te présente Pandora.

RADGE : tu as quel âge petite ? Tu as 12 ans ?

PANDORA : non euh, je fais moins mais j’en ai 32.

RADGE : je crois que tu te paie ma tête jeune fille et je n’aime pas que les filles se paient ma tête. Est-ce que tu sais au moins ce que je fais aux jeunes filles qui se paient ma tête ? Tu le sais hein ? Je leur offre une sucette. Allez les filles amusez-vous bien. Tes papiers ?

TONY : quoi ?

RADGE : c’est réservé aux plus de 21 ans.

TONY : c’est une blague, elles sont bien rentrées elles.

RADGE : qui ça ?

TONY : allé quoi filez moi une sucette soyez sympa.

RADGE : impossible vieux. Bonsoir les amis les vous en prie entrez et éclatez vous.

Dans la boîte.

PANDORA : bon sang de bois.

JAKE : tu veux faire frotti frotta avec un mec chaud comme la braise.

EFFY : vas te faire foutre Jake.

JAKE : t’es torride bébé, ça me donne envie de te prendre comme un sauvage. Enfoiré de ta race.

EFFY : écoute-moi bien obsédé, on a de l’herbe à écouler alors concentre-toi, renvoi popole au coulisse et mets-toi au travail. Ok ? Tu t’occupes de l’herbe et moi des comprimés.

JAKE : quels comprimés ?

EFFY : arrange-toi pour te faire plus de 100 livres et je te promets que tu tireras ton coup, ça roule ?

JAKE : en tout bien tout honneur ?

EFFY : en tout bien tout honneur.

Dans la chambre d’Effy.

SID : merde ! Allé quoi, où t’as foutu ces saloperies de…

Dans la boîte.

PANDORA : c’est vraiment génial Eff, les meilleures amies vont toujours aux pipi-rooms ensemble pas vrai ? J’ai vu ça dans des films. T’aurais pas du papier Eff ?

EFFY : non.

PANDORA : Eff, Eff je veux me retourner la tête moi aussi. Je peux en prendre un ?

EFFY : oh c’est pas vrai, juste un alors et si tu dégueules tu te démerdes compris ? Tu me dois 3 livres.

Devant la boîte.

RADGE : qu’est-ce tu en dis ?

TONY : oh oui c’est excellent. Mais…

RADGE : entrez les filles passez une bonne soirée. Mais ?

TONY : les personnages sont dessinés de façons précises et on sent une bonne maitrise de la stylistique. J’ai particulièrement aimé le videur doté de super pouvoir. Ses baskets pulvérisent, très réussi.

RADGE : ouais.

TONY : mais tu dois reculer le point culminant du récit de quelques pages de façon à ce que la scène orgiaque apparaisse avant l’éviscération de la horde, tu vois ?

RADGE : c’est ça ! Impressionnant oui c’est ça. Tu as trouvé la solution, amuse toi bien petit.

Dans la boîte.

TONY : putain tu te fous de moi ou quoi ? Tu as vendu la montre de Michelle.

EFFY : lâche l’affaire mon pauvre Tony. Elle t’a oublié.

TONY : quoi ? Quoi ?

PANDORA : Tony ! Tu entends, la musique est merveilleuse. Tu es merveilleux.

TONY : lâche-moi.

PANDORA : je t’aime.

TONY : Pandora non !

PANDORA : j’ai envi de te lécher te jolies petites fesses.

TONY : non.

PANDORA : j’ai envi de te lécher les…

TONY : putain la galère.

EFFY : on rentre à la maison.

TONY : je te déteste.

Dans la chambre d’Effy.

JAKE : tiens bonjour ma beauté. 130 livres Sterling, qu’est-ce que tu dis de ça ? Je veux ma récompense. Américan Pie.

EFFY : tu en as de la chance. Une dernière chose.

JAKE : et notre partie de jambes en l’air ?

EFFY : j’ai dis que tu tirerais ton coup Jake et tu le tireras. Tu le tireras ne t’inquiète pas. Tu vas adorer.

Chez Cassie.

JAKE : salut.

CASSIE : salut.

JAKE : on ne se connait pas mais une de mes bonnes amies m’a dit que toi et moi on était sur la même longueur d’ondes.

CASSIE : ah, à quel sujet ?

JAKE : et c’est là qu’elle m’a dit que depuis le début elle s’envoyait mon pote. T’imagine comment elle a pu me faire ça à moi sérieux. Si je n’avais pas les limaces dans ma vie, je ne sais pas ce que je ferais.

CASSIE : mon pauvre je n’en reviens pas c’est dingue. J’ai vécu la même expérience.

JAKE : ah oui ? Et comment tu t’en es sortie ?

CASSIE : j’en ai plus rien à foutre de l’amour. Mon nouveau créneau c’est le cul pour le cul.

JAKE : oh pouvoir le faire sans avoir d’arrière pensé, j’aimerais pouvoir tirer un trait sur toute cette histoire, balayer cette épisode de ma vie d’un coup juste là débout devant cette fenêtre.

CASSIE : quel âge tu as dit que tu avais déjà ?

JAKE : oh je suis plus vieux que j’en ai l’air. Le chagrin d’amour efface le poids des années.

CASSIE : ah oui ?

JAKE : oh oui.

Dans la chambre d’Effy.

SID : quoi, hein ? Non !

Dans le salon.

TONY : mon portable est pété.

EFFY : ah ouais ? Alors tu ne peux plus l’appeler ?

TONY : ça sert à rien. Je ne comprends pas pourquoi je ne tombe jamais sur son répondeur. Si je pouvais laisser un message, au lieu de ça, ça sonne dans le vide.

EFFY : tu ne comprends vraiment rien à rien Tony.

TONY : quoi ?

EFFY : tant que ça sonne elle sait que tu es là.

TONY : je n’arrive pas à croire que tu ais vendu sa montre.

EFFY : qui te dit que je l’ai vendu ?

TONY : comment ça ?

EFFY : met ta carte SIM dans le mien. Je sors.

Chez Michelle.

La mère de Michelle : Michelle c’est pour toi. Tu as reçu un paquet.

MICHELLE : allé. Tony.

Chez Cassie.

SID : Cassie ? Allé s’il te plait Cassie ouvre cette porte.

CHRIS : ça gaz vieux ? Elle ne veut pas te voir.

SID : j’en ai rien à foutre je ne bougerais pas. Cassie tu es là ?

CHRIS : écoute laisse tomber. C’est fini, foutu.

SID : non pousse toi de là. Putain à quoi tu joues là ?

CHRIS : allé s’il te plait Sid va t’en.

CASSIE : c’est pas grave Chris ça va aller.

SID : fait gaffe à toi d’accord ? Sinon, je fais quoi ?

CASSIE : tu lui arraches la tête avec les dents et tu craches dans le trou.

CHRIS : ouais, bon je ne ferais probablement pas ça mais ouais, pardon.

CASSIE : pourquoi tu es venu ici ?

SID : je veux que tu arrêtes ton petit jeu à la con ok ? Baisser à tout va, t’envoyer tout ce qui bouge, ça suffit maintenant.

CASSIE : c’est toi qui as commencé.

SID : j’en n’ai rien à battre de ça. C’est pas ça qui m’intéresse. Tu aimes me faire souffrir, je te déteste.

CASSIE : et je te le rends bien. Pourquoi tu ne fais pas un saut chez Michelle histoire de tirer un coup ? Oh c’est vrai c’est déjà fait.

SID : oh ça va fous moi la paix avec ça d’accord ? On est fait pour être ensemble. Je le sais et tu déconnes à plein tube.

CASSIE : pas plus que toi.

SID : tu as disparue pourquoi tu t’es barrée ? J’avais besoin de toi moi et tu as foutu le camp. Mon père m’a dit ouais il m’a dit que tu étais différente mais c’est faux, tout ce que tu fais c’est jouer les salopes comme une enfant gâtée.

CASSIE : je suis Michelle.

SID : j’aime pas Michelle. J’ai jamais aimé Michelle. Je t’aime toi mais tu… enfin quoi tu étais où tout ce temps ? Putain mon père est mort, j’avais besoin de toi. Et Michelle, on a du prendre notre pied pendant trois jours et ensuite on a culpabilisé le reste du temps. Alors tu vois je m’en fous royal, c’est trop tard. Je te déteste. Bon elles font chier ces gamines de 15 ans. Bref j’en ai marre de toujours dire que je suis désolé, je t’aime tu sais. C’est à toi de t’excuser.

CASSIE : je n’ai pas couché avec lui Sid. Sa mère avait cousu son nom sur le revers de son pantalon et il était passablement excité en plus il a écrasé une de mes limaces. Celle que j’avais baptisé Sidley alors je l’ai foutu à la porte.

CHRIS : Cassie dis-moi s’il t’ennuie. Ah ouais, ok je vois le truc, trop de la balle.

Dans la chambre de Tony.

MICHELLE : moi aussi je t’aime.

Au lycée.

Mme Deluca : voici venu le jour fatidique. Toutes les élèves m’ont rendu un devoir d’une qualité exceptionnelle. Pandora a produit une œuvre formidablement abstraite, ça sent tout simplement l’émotion à plein nez. Cette jeune fille a beaucoup de talent. Surprenant non ? Même Ursula avec un peu d’aide a réussi à s’exprimer, elles auront toute une excellente note c’est sur, encore une victoire pour la section d’art plastique. Avec ton chef d’œuvre le tableau sera complet et l’objectif des 100% de réussite sera atteint cette année encore.

EFFY : ça y est j’ai fini.

Mme Deluca : oh, merveilleux et sur quelle émotion ton choix s’est-il porté ?

EFFY : la colère, la jalousie, le dépit, la lassitude, l’espoir, le désir, l’amour.

Mme Deluca : ton travail doit être splendide alors où est-il ?

EFFY : partout autour de vous.

Mme Deluca : pardon très chère mais je ne suis pas sure d’avoir bien suivi.

EFFY : c’est de l’art conceptuel. Vous ne pouvez pas le voir.

Mme Deluca : tu es en train de me dire que tu ne l’as pas fait.

EFFy : non je dis que vous ne pouvez pas le voir.

Mme Deluca : j’ai bien peur que cette œuvre conceptuelle ne soit pas suffisante pour valider tes examens de fin de cycle, qu’en penses-tu Effy ?

EFFY : ouais ils vont devoir me renvoyer tant pis. Au revoir madame Deluca.

Madame Deluca : au revoir Effy. Effy j’avais prévu de vous parler de Georges Braque. C’était un artiste très talentueux et d’une dextérité incomparable pour les gâteries bucco-génitale mais ne nous éloignons pas, il a eu ces mots ampli de sagesse que je n’oublierais jamais.

EFFY : il vous a dit quoi ?

Mme Deluca : qu’ils aiment ou non mon travail je les emmerde. Georges, Georges, Georges !

Chez les Stonem.

JIM : et ho ? C’est moi !

TONY : salut.

JIM : salut fiston, finalement ils m’ont laissé rentrer.

TONY : c’est génial.

JIM : oui je trouve aussi. Où est ta mère ?

TONY : elle dort dans votre chambre.

JIM : ah alors je monte, elle m’en voudra pas si je la rejoints, je suis un peu dans le gaz à cause de l’avion.

TONY : oui je comprends.

JIM : à part ça, comment tu te sens aujourd’hui ?

TONY : parfaitement bien.

JIM : bien ça me fait plaisir de l’entendre. Tu as fais quoi de ta journée ?

TONY : j’ai révisé. Au fait je suis content que tu sois rentré.

JIM : pas autant que moi.

Dans la chambre d’Anthéa.

ANTHEA : Jim ?

JIM : je suis rentré un peu plus tôt. Tu m’as manquée.

ANTHEA : j’ai dormi comme un loir. Est-ce que tout va bien ?

JIM : je crois ouais.

SKINS. 2x07.

In the Stonem’s house. There is a lot of stuff on the floor, it’s messy. No on answers, the answer machine beeps.

JIM: (on the phone) So, Paris is a shithole. It’s filthy, it’s expensive, everyone’s French. I can’t believe, we nearly cam here for our honeymoon. If you could see this dump, you’d appreciate those two weeks in Rhyl a lot fucking more! Sausages made of colon! I mean, is that your idea of romance? (Effy is in the stairs, sitting and already smoking a spliff) Anyway, bad news is: head office wants me out here for another week. Fucking frogs can’t fart without my assistance apparently. So, be good for your mum, kids. Keep a tight ship. Yep, all ship-shape, you know. (Effy gets up.) All right, well… Lots of love. This is dad, by the way.

EFFY: (Taking the phone) Hi, dad.

JIM: Oh. Hello, sweetheart! You being good for mum?

EFFY: (Looking at her mum, sleeping in the couch) Yep.

JIM: Helping her around the house?

EFFY: I’ve got to go, actually. Washing.

JIM: Woman’s work never done, eh?

EFFY: Yeah. Ha-ha. Bye dad.

JIM: Bye. Can I speak to…?

She hangs up and goes see her mum.

EFFY: Morning mum…

ANTHEA: (Waking up) Tony?

EFFY: Tony’s better, mum.

ANTHEA: Oh, yeah.

EFFY: You… erm… gonna get dressed today?

ANTHEA: Sure… Sure, sweetie.

Effy make a fake smile and leaves the room. Anthea takes Tony’s pills secretly.

__________________________________________________________________________

Tony comes in the kitchen, where Effy is trying to dry clothes.

TONY: How long?

EFFY: Don’t rush me.

TONY: I’m done to my emergency pants.

EFFY: The milk’s off. I wouldn’t bother with breakfast. (Tony sits and looks at his phone.) Still nothing?

TONY: Nothing.

EFFY: How many times have you called her?

TONY: 39.

EFFY: Texts?

TONY: 141.

EFFY: Nothing?

TONY: Nothing.

EFFY: Wow! Michelle really hates you.

TONY: Yes.

EFFY: Well, you did totally fuck up her relationship.

TONY: Right.

EFFY: You stormed in and fucked it right back.

TONY: Yes, all right! I love her, ok?

EFFY: Love?

TONY: Just leave it, Eff.

Effy takes a hairdryer to dry her clothes.

EFFY: Love, love, love. What is it good for? Absolutely nothing.

TONY: Yes.

_________________________________________________________________________

Effy leaves the house to go to school. Tony looks at her by his window. Then, he sits and looks pictures of Michelle in an album. He smiles and calls her one more time.

_________________________________________________________________________

Michelle is in her bed, looking at her phone. She puts it in a drawer but it continues to ring. She puts her head under her pillow.

_________________________________________________________________________

Effy is in her art class.

PROFESSOR, MRS DELUCA: And that, ladies, is why Monet was shit. As Lucian Freud once said to me, “Waterlilies? My arse!”  I was modelling in the morning stroking him to thrilling climax in the afternoon. “Enid” he said, “you will never be an artist. But your breasts are tremendous.” And with great breasts come great responsibility. My task – 100% A grades through the medium of art. And we need coursework on the subject of emotion. Ursula, where is your emotion?

URSULA: Oh, hum, it’s almost done, Madame Deluca.

MRS DELUCA: Marjorie, Araminta. (Looking at their work) All disciples of the redeeming rush of achievement. And Effy…Ah yes, Effy…  (Effy’s work is empty) Is there any hint of creative flowering? Any gushing forth of self-expression?

EFFY: No.

MRS DELUCA: Well, as I understand it, in return for about £13,000 of your parents’ money, we guarantee total success. So, I’d suggest you unblock your gush by Thursday. As Georges Braque once said to me, the…

PANDORA: (Arriving in the room) Is this Mrs Deluca’s classroom?

MRS DELUCA: No, child. This is Madame Deluca’s studio. And who, pray tell, are you?

PANDORA: I’m Pandora. I’m new. They…

MRS DELUCA: Sit or strip.

PANDORA: What?

MRS DELUCA: Either sit down or divest yourself of your clothing that we may feast upon your form with graphite and rubbers. (Pandora sits. The bells ring.) The bells, ladies. They speak of achievement. They speak of the ecstasy of what?

GIRLS: Self-expression.

MRS DELUCA: Self-expression! Yes. Yes. Oh, yes!

Girls leave the room.

GIRL 1: Isn’t she heavenly?

GIRL 2: She’s ripped. Daddy knew her in Morocco and she’s totally gaga for Arabs.

MRS DELUCA: One moment, Effy? Effy, one moment, please. I don’t think we can leave a new girl to bloom unaided, can we? Pandora, darling, don’t do that. (Pandora is crunching a pen and got ink on her tongue.)

PANDORA: Why?

MRS DELUCA: You see? An innocent. She needs a mentor, a guide, wouldn’t you say?

EFFY: Er, No. I have my coursework and…

MRS DELUCA: It’s perfect. You can help each other. Would you like that, Pandora?

PANDORA: Yeah, I’d love it. I’m useless. That’s why I’m here.

MRS DELUCA: How perceptive you are. And Effy, 100% success or it’s farewell to Westfield College for Young Ladies.

EFFY: You mean they’ll expel me?

MRS DELUCA: Well, yes. Otherwise it doesn’t work at all, does it?

EFFY: No.

MRS DELUCA: So, off you go, ladies. Enjoy! Dampen yourselves with the thrill of art!

Effy leaves.

_________________________________________________________________________

Effy is walking in the park. Pandora behind her is running to rejoin her.

PANDORA: Wait! Effy, wait. Madame Deluca says we have to be friends.

EFFY: I don’t have friends.

PANDORA: Great. I don’t have any either. Isn’t that great? I can do something you can’t do.

EFFY: (Stops walking and looks at Panda) There’s nothing I can’t do.

PANDORA: You can’t do this. If it’s good enough, can I be your friends? I’ve got my own rope and everything. (Opening her bag)

After. Pandora climbs the tree next to them.

EFFY: Not bad.

PANDORA: Mum sent me to circus school for my dizzy spells, right? Big finish, I take off my bra without unbuttoning anything.

EFFY: (Looking at her) Ok.

JAKE: (Coming behind Effy) Ok, Effy.

EFFY: What do you want?

JAKE: I think you know what I want.

EFFY: Jake, I’m not going to screw you.

JAKE: Not even just as friends?

EFFY: In your dreams.

JAKE: Oh, come on, you promised. You promised me a tumble. Just as friends.

EFFY: So, I lied.

JAKE: Bummer.

PANDORA: (Attaching a noose to her neck) I’m ready.

JAKE: Who’s that, then?

EFFY: Pandora.

JAKE: (Giving her a cigarette) She’s a bit funny-looking.

EFFY: So are you.

JAKE: You didn’t say that when I gave you the neck job.

EFFY: Only because you said you’d help me sell spliff tonight.

PANDORA: One, two, and three…

JAKE: Yeah, but I wanna lay you, baby. I mean, just as friends, right?

Jake starts to smoke. Pandora jumps from the tree, attaching by the foot, the head near the floor.

EFFY: I’ve got a friend. Wanker!

PANDORA: Ta-daa!

She laughs. Effy smiles surprised.

JAKE: Impressive.

_________________________________________________________________________

Sid is sitting near to the door outside of the Stonem’s house.

EFFY: (Coming with Pandora) All right, Sid?

SID: I was just, er… looking at your bins.

EFFY: You wanna see Tony?

SID: Well, er… might as well, now I’m here.

EFFY: Come on. (Sid, Effy and Pandora enter in the house. Tony is in the kitchen looking at a letter for him.) Busy day?

Effy sits.

SID: You all right, Tone? Wondered how you were doing.

TONY: Brilliant.

SID: I’ve been worried about you since…

TONY: …You stole my girlfriend?

SID: Well, she’s gone off me too, Tone. (Sits down and takes the bottle of milk) Don’t mind if I?

TONY: Not at all.

SID: (Drinking) Tangy!

EFFY: (About the letter) What’s that?

TONY: Came in the post. Michelle’s handwriting.

PANDORA: Can I open it? I love parcels.

EFFY: That’s Pandora.

SID AND TONY: Hi.

PANDORA: (Opening the letter) Mum sent our Christmas presents to the poor in Africa… and Barnsley. Except for Scrabble, because mum says they probably can’t read. (Taking the watch in the letter) Oh!

TONY: I gave it to Michelle for her birthday.

SID: Tony, it’s all my fault… Michelle was… It was just like… I was filling a gasp. I mean… Not that gap…

ANTHEA: (Arriving) So who wants to hear my best cock gag?

EFFY: No, mum.

SID: Hello, Anthea…

EFFY: Oh, Jesus.

ANTHEA: (Smoking) No, listen. Best cock gag…

EFFY: Mum, mum. You don’t need to.

Anthea imitates a girl sucking a guy. She imitates retching.

ANTHEA: Thank you very much! My name’s Anthea Stonem. I shall be here all week.

EFFY: (Gets up) Com on, mum. I think you need a lie-down.

ANTHEA: Did they like my gag?

EFFY: Yeah. Yeah, they loved it.

_________________________________________________________________________

Anthea sits on her bed, still smoking.

EFFY: Ok, mum.

ANTHEA: Yeah.

EFFY: (Taking away her cigarette) Take it easy.

ANTHEA: Just have a nice little nap.

EFFY: Yeah. You do that.

ANTHEA: Then everything will be… Yeah.

EFFY: Ok.

Anthea fall asleep. Effy sits next to her and take Tony’s pills.

PANDORA: (Enters) Is she mental?

EFFY: No. Just tired.

Pandora looks at a picture of the Stonem.

PANDORA: Your brother’s really nice.

EFFY: He’s not nice. He’s amazing. He was hit by a bus, you know. Had to learn everything again. How to swim. How to write his name. How to be my brother.

_______________________________________________________________

Sid and Tony are sitting on the couch in the living room.

SID: We’re not getting on, are we?

TONY: No, Sid.

SID: I was lonely. And sometimes when bad things happen… You just need…

TONY: a shag.

SID: Yes. No!

TONY: She was my girlfriend.

SID: Tony. She wasn’t your girlfriend. You didn’t want her.

TONY: Well, now I do. So, fuck you. (Sid is still drinking the milk) You remember when we were little and we had a fight?

SID: Like when you told Miss Stevens I shaved the hamster.

TONY: Yeah. Like that. And we wouldn’t talk to each other all day, and then you’d turn up on your pink bike with the stabilisers.

SID: It wasn’t pink, it was magenta.

TONY: You’d say sorry and we’d do our special high five thing, and that was it. Sorted.

SID: Yeah. Easy.

They get up and do their high five thing, and then sit down.

SID: That didn’t work, did it?

TONY: No. It didn’t.

He gets up.

SID: Where are you going?

TONY: Revision.

SID: We’ve got to fix this.

TONY: Then get her back for me.

He leaves. Sid continues to drink the milk.

EFFY: You’re an idiot. You are fucking the wrong girl. It’s Cassie you love. You only got mixed up with Michelle because, let’s face it, men are dicks. And there was no-one else to screw, which is totally fucking pathetic. Isn’t it?

SID: (He sees that Effy is sitting next to him) Has anyone ever told you, Effy, this whole sneaking up on people, getting inside their head, it’s not cool. Ok?

EFFY: I’m right, though.

SID: You’re always right! You and your fucking brother! You’re always fucking, fucking… right.

EFFY: (Looking at Sid drinking) This milk’s two weeks old.

SID: It’s ok. I put some cacao powder in it. It’s a bit chewy, that’s all. Shit! (He gets up) Why do I always screw up?

EFFY: You do seem pretty good at it, though.

SID: Cass won’t talk to me.

EFFY: What makes you think that?

SID: (Giving her a picture) Came in the post. (It’s a picture of Sid and Cassie, behind is written “Fuck off and die”.) My life is a total shit pile again. My best friend, I fucked it up. My girlfriend, I fucked it up. My other girlfriend, I fucked it up.

EFFY: You’d give anything to have it all fixed.

SID: Yes.

Effy: But you’re incapable of anything involving effort, focus or subtlety.

SID: Yep.

EFFY: Women are a total mystery to you.

SID: You got it.

EFFY: Any good at art?

SID: Of course not. Huh?

EFFY: My art coursework. It’s on the subject of emotion and you seem quite… emotional. So you can do it for me.

SID: And?

EFFY: Oh, for Christ’s sake! I’ll sort out you’re fucking soap opera.

SID: You will?

EFFY: Just this once.

_________________________________________________________________________

Pandora is trying clothes in Effy’s bedroom.

PANDORA: Oh! Effy, you’ve got such a lovely lot of clothes. Pals always share, don’t they? (Her phone rings) Oh, hang on. Hi, mum. Guess what? I’ve got a friend! No, not like the last one. No, not on the internet. No, mum. She’s really a girl this time.

PANDORA’S MOM: Just come home, get a taxi. I’ll pay…

EFFY: (To Pandora) Come on.

Pandora hangs up.

_________________________________________________________________________

Effy and Pandora are in the street, walking.

PANDORA: Where are we going, Eff?

EFFY: Eff?

PANDORA: Yeah. Where are we going, Eff?

EFFY: To pick up.

PANDORA: Pick up what? (Her phone is ringing again) Hi, mum! We’re just going to pick up. (To Effy) She wants to know what we’re picking up.

EFFY: Drugs. (Walks away)

PANDORA: Salad. (She hangs up) Eff!

They arrive at Cassie’s home. Effy rings.

CASSIE: (Opening the door) Hey, Effy.

EFFY: Hey. (To Pandora) Come in.

_________________________________________________________________________

Pandora and Effy sits on the couch.

CASSIE: (Looking at Pandora) Who’s this?

EFFY: Pandora.

PANDORA: Hi.

EFFY: She’s a virgin.

CASSIE: Cool!

GIRL: (Arriving from the bedroom) Hey, Cass. I borrowed your knickers.

CASSIE: Ok, see you.

GIRL: You’re an awesome shag, you know that?

CASSIE: Of course!

They kiss for a long time.

PANDORA: (Choked. To Effy) They’re man and woman kissing!

EFFY: (Smoking) Cass.

CASSIE: (Still kissing the girl) Mm?

EFFY: Sid says he’s very sorry. He loves you. He’s sorry he fucked Michelle. He wants you back.

CASSIE: Tell him I’ve discover the power of the pussy.

GIRL: Oh, yes!

They kiss again.

After. Cassie, Effy and Pandora are looking at Cassie’s slugs.

CASSIE: That one’s called Sidley. And that’s Mischa. Isn’t Mischa just so pretty? Look at Sidley, sliming all over her. Disgusting, isn’t he?

PANDORA: (Disgusted) Are they doing it?

CASSIE: Yes, they’re doing it. When I’m ready, I’ll pour salt on them. When I’m good and ready. (Gets up) Com on, get your bush. There you go. (Opening a box) Three eighths of top-quality weed.

Effy takes one. Cassie closes the box.

PANDORA: Wow!

EFFY: All right if I pay you tomorrow?

PANDORA: It’s all right. I can pay. How much is it for weeds? (Taking her wallet)

CASSIE: Oh. Not much.

Effy takes Pandora’s wallet and gives the money to Cassie.

PANDORA: Grandpops died and left me his credit card.

CASSIE: Right.

PANDORA: (To Effy) Are we gonna put weeds in a reefer now and get honky?

EFFY: Not yet.

Someone knocks at the door.

CASSIE: It’s open.

DANNY: (Coming) Hi, Cass.

CASSIE: Hi, Danny. Come here. (They kiss each other) Gotta get on, you know.

EFFY: So, Sid?

CASSIE: Hm?

EFFY: Any other thoughts?

CASSIE: Tell him I’m on a one-way ticket to Dick City, and I love it.

She closes the door.

PANDORA: Bloomin’ heck! She’s a bit a… What do you call it? Whore.

Effy is thinking, and then smiles.

_________________________________________________________________________

Tony is sitting in his mom’s bedroom. He’s calling Michelle, once more. He hears the ring, but no one answers. He let his phone fall down. His mum is still sleeping.

TONY: (Looking at Michelle’s watch. To Anthea) Sorry I messed everything up. Sorry for not looking when I crossed the road. Sorry you got depressed. Sorry Dad couldn’t handle being around the house. I love her, mum. I keep thinking… I keep thinking she’s just gonna turn up at the door. (Effy is next to the door) What’s the point? You can’t hear me.

EFFY: She’s our Sleeping Beauty.

TONY: (Surprised) Jesus!

EFFY: Waiting for a prince. You want some spliff?

TONY: It makes me weird.

EFFY: What, weirder than this?

TONY: Fuck it.

He gets up and walks away.

EFFY: Why bother?

TONY: With what?

EFFY: Caring about people.

TONY: You don’t fool me… Effy Stonem.

He leaves. Effy looks at him, then at her mother.

_________________________________________________________________________

Tony and Pandora are sitting on the couch in the Stonem’s living room. Pandora is smoking a spliff. Her phone is ringing.

PANDORA: Hi, mum! No, I’m fine. I’m super-duper fine. Yep. I’m with my friends and they’re, like, so fucking amazing! I guess I’m looking at Tony’s cock. But he can’t tell. See ya!

She hangs up. Pandora smiles to Tony. He gets up and puts his hands on his cock, embarrassed. The ring bells. Tony opens the door to Sid.

SID: Is Effy in?

TONY: (Closes the door) Upstairs.

SID: Ta.

TONY: You’re gonna nail my sister? Is that it? First my girlfriend, then my sister.

SID: No, I… No!

TONY: All right. Just asking.

SID: Nah, I’ll wait until she’s 16. Keep it legal, yeah?

Sid goes upstairs.

_________________________________________________________________________

Sid shows to Effy his work for her art class in her bedroom.

EFFY: Loser isn’t an emotion.

SID: It is to me. You think it’s shit, don’t you?

EFFY: Yes.

SID: I used four biros! I bought them! Four! You owe me 79 pence. (Effy gets up and take off her tee-shirt) Whoa, Effy, what are you doing?

EFFY: I’m going out. You’ve got 24 hours, Sid, to produce something that doesn’t look like coursework for GCZE spaz. (She’s practically naked.) Dip your brush into that. And don’t even think to leave this room until you’ve done it.

SID: (Gets up) Listen, I don’t think this is working out, yeah? Shall we just leave it, ok? I quit.

EFFY: (Imitating sex with Sid, jumping on the bed) Oh! Ah! Ah! Sid! Oh my God! It’s huge! Sid! Yeah, yeah!

SID: All right. I’m doing it.

EFFY: (Leaving) Enjoy.

SID: Somebody come and get me.

_________________________________________________________________________

Effy brings Pandora and Tony to a nightclub. They are walking in the street.

TONY: I don’t know why I have to come.

EFFY: Because if you get any more boring, we’ll have to put you down.

TONY: Nice.

PANDORA: I don’t think you’re boring, Tony.

TONY: What about mum?

PANDORA: She doesn’t like boys. She says they just want my pants to get into.

TONY: (Arriving to the nightclub) No. My mum.

EFFY: She’s fine. She’s asleep. Stop being a prick. All right? (To the doorman) Hi, Reg!

REG: All right, sweetheart?

EFFY: How’s the novel going?

REG: Ah. To be honest, Effy, I’m having a struggle with the denouement. My publisher’s getting very picky about the post-modernist chapter structure. (Looking at Pandora) Hang on, who’s this?

EFFY: This is Pandora.

REG: And how old are you, love? 12?

PANDORA: No, I’m… 32!

Reg: (Making an angry face) I think you’re taking the piss, little girl. And I don’t like it when little girls take the piss. Do you what I wanna do with little girls who take the piss? Do you? Eh? (Pandora starts to being scared) I give them a lollipop. (He laughs and gives her a lollipop) Go on in, girls. Have a good fun. (He lets Pandora and Effy enter but stops Tony) ID?

TONY: Huh?

REG: (Showing a paper behind him) Strictly over 21s.

TONY: Hang on. You just let them in.

REG: Who?

TONY: Come on. Give me a fucking lollipop.

REG: Can’t do it, mate. (He makes a sign to Tony to go away. People arrive.) Yeah, in you go.

_________________________________________________________________________

The music is very loud. Pandora and Effy are looking around.

PANDORA: Bloomin’ heck!

JAKE: (Putting his hands on Effy’s eyes) You want to make fuck-fuck with nice sexy boy?

EFFY: (Rejecting him) Piss off, Jake.

JAKE: You look hot, baby. It makes me want to take you! (She does something to hurt him) Holly shit!

EFFY: Listen to me, fuckpig. We’ve got spliff to sell, so send little Dicky back to Bollockistan and get on with it. Ok? (Giving him spliff) You do spliff. I’ll do pills.

Pandora is still eating her lollipop.

JAKE: What pills?

EFFY: Make over 100 quid and I’ll make sure you get laid. Deal?

JAKE: Just as friends.

EFFY: Just as friends.

Jake and Effy figure out that Pandora is dancing in the middle of everybody. They all look at her. Effy and Jake go away, to not be ashamed. Effy starts to sell pills to people.

 _________________________________________________________________________

Sid is still painting Effy’s work, and this time he’s painting “Hope” instead of “Loser”. He wants to smoke but his lighter doesn’t work.

Sid: (Opening drawers to find a lighter) Come on. Where’s the sodding ashtray?

He finds a bottle of alcohol, written on it “Don’t even think about it!” He starts to drink it, and continues to work quickly.

_________________________________________________________________________

Pandora and Effy are in the toilets next to each other.

PANDORA: This is brilliant, Eff! Best friends always go to the wizza together, don’t they? I’ve seen it in the films. (Looking around her) Got any loo paper, Eff?

EFFY: (Looking around her. There are more than 5 loo papers) No.

PANDORA: (Effy gets out) Eff? Eff. I wanna get wonky off my face too. Can I have one?

EFFY: (Looking at herself in the mirror) Oh, for Christ’s sake. One. And you puke on your own, ok? (Pandora takes one pill) You owe me three quid.

_________________________________________________________________________

Tony is reading Reg’s novel next to the enter of the nightclub.

REG: What do you think?

TONY: Oh, yes. Excellent, but…

REG: (To People) In you go, girls. Have a good fun… (To Tony) But?

TONY: The characters arcs are immaculately achieved with a good degree of stylistic control. Especially liked the doorman with super powers. Vaporising Reeboks, very nice.

REG: Yeah!

TONY: But you need to move the climactic development back, so the orgy scene comes before the disembowelling of the Elvic Horde. (Giving him his novel) See?

REG: That’s it! That’s it, you solved it! (Giving him a lollipop) Have a good one, mate.

_________________________________________________________________________

Tony enters and sees his sister selling Michelle’s watch.

TONY: What the fuck are you doing? You just sold Michelle’s watch.

EFFY: Let it go, Tony. Michelle did.

TONY: What? What?!

PANDORA: (Coming and kissing him on the cheek) Tony! Tony, the music’s beautiful! You’re beautiful.

TONY: (Rejecting her) Get off.

PANDORA: I love you!

TONY: Pandora, no!

Pandora licks his ear.

PANDORA: I want to lick your bottom.

TONY: No!

PANDORA: I want to lick your… balls.

She fell down. Tony carries her and follows Effy.

TONY: For fuck’s sake!

_________________________________________________________________________

Effy is leaving, Tony is still carrying Pandora.

EFFY: (To Tony) Time to go home.

They walk. Pandora is still unconscious on Tony’s shoulder.

TONY: I fucking hate you.

_________________________________________________________________________

Sid is sleeping, next to him a work done “Hopeless”. Pandora is sleeping on Effy’s shoulder. Jake is sleeping in front of them.

JAKE: (Waking up. To Effy) Well, hello. (Showing money) 130 English pounds. I claim my prize. American Pie.

EFFY: Lucky you. (Gets up. Almost kissing him) Just… one thing.

JAKE: Man, you said we were gonna get jiggy!

EFFY: I said you’d get laid, Jake. And you will. You will. Don’t worry. You’re gonna love this.

_________________________________________________________________________

Jake is ringing at Cassie’s door.

JAKE: Hi.

CASSIE: Hi…

JAKE: So you don’t know me, but a very good friend of mine said you might be… into what I’m into?

CASSIE: Oh, and what’s that?

After. Jake is playing with Cassie’s slugs.

JAKE: Then she told me that all that time she’d been screwing my friend. I was just… I couldn’t believe she’d to that to me, you know? If it wasn’t for my slugs, I don’t know what I might have…

CASSIE: Poor you. I can’t believe it. It happened to me too.

JAKE: Yeah? And what did you do about it?

CASSIE: Fuck relationships. I’m into mindless sex now.

JAKE: Oh, mindless. Yeah. You know, I just wanna blot everything out, you know. I’d really like to blot it out now. Right here… by this window?

CASSIE: How old did you say you were?

JAKE: Oh, older than I look. It’s the grief. It takes years off you.

CASSIE: Yeah?

JAKE: Oh, yeah.

They kiss. Effy, outside, is taking photos of them.

_________________________________________________________________________

Sid is waking up in Effy’s bedroom and finds a lot of photos of Cassie and Jake on him.

Sid: (Taking them off) NOOOO!

_________________________________________________________________________

Effy enters in Tony’s bedroom and closes the door. Tony is sitting on the floor looking at his phone broken.

TONY: Phone’s buggered.

EFFY: Yeah? Can’t call her then?

TONY: What’s the use? The thing I don’t understand is why her voicemail is off. If I could leave a message… But it just rings and rings.

EFFY: You really don’t understand anything, do you, Tone?

TONY: What?

EFFY: As long as it’s ringing, she knows you’re there.

She gets up.

TONY: I can’t believe you sold Michelle’s watch.

EFFY: Who says I sold it?

TONY: What’d you mean?

EFFY: (Giving him her phone) Put your SIM in that. I’m going out.

_________________________________________________________________________

Michelle is sitting on her bed. Her phone is on her knee. Someone rings at the door.

Michelle’s mum: Michelle! There’s a man with a parcel for you!

After. Michelle is looking at the parcel, then open it and finds her watch repaired, there is written “Forever” behind. She cries.

_________________________________________________________________________

Sid is running in the street. He arrives at Chris and Cassie’s home.

SID: (Ringing) Cass! Cass! Listen, open the door, Cass.

CHRIS: (Opening) Sid, you all right, mate? She doesn’t wanna see you.

SID: I don’t fucking care, OK? Cass!

CHRIS: Come on, leave it, man. You ain’t…

Sid enters.

SID: (To Cassie) What the fuck are you doing?

CHRIS: Jesus, Sid. Just go, man.

CASSIE: (Sitting on the couch) It’s all right, Chris. I’m fine.

CHRIS: All right, watch it. Yeah, or I’ll…  (To Cassie) What will I do?

CASSIE: Bite his head off and spit in the hole?

CHRIS: Yeah. I probably wouldn’t do that, but… Yeah…

He leaves. Sid and Cassie are looking at each other.

CASSIE: What do you want Sid?

SID: I want you to stop what you’re doing, ok? You know, fucking around. Fucking anything that moves. Just stop it.

CASSIE: You started it.

SID: I don’t care. I don’t care. You’re cruel. I hate you.

CASSIE: I hate you right back. Why don’t you pop over to Michelle’s and give her one? Oh, another one.

SID: Give it a fucking rest, Ok? You know, it’s you and me. You know that and you’re being stupid.

CASSIE: My turn.

SID: You went away. Why did you go away? I needed you and you pissed off. My dad said… He said you’re special, but you’re not. You’re just slutting around like a spoilt kid. 

CASSIE: Sid, Michelle!

SID: I don’t love Michelle! I never loved Michelle. I love you, but you… You… (Sitting in front of Cassie) Oh, God. Where were you? Dad fucking died! I needed you… And Michelle… So, we had great sex for three days and then guilty sex for the rest… So what? I don’t care. I did it. I hate you. Fine. Fuck 15-year-olds. (Gets up) Whatever. I’m sick of saying sorry. I love you. You say sorry.

CASSIE: I didn’t fuck him, Sid. (She gets up) His mum had sewn his name into his trousers. And well, he got a bit excited. And he squashed my slug. My slug called Sidley. So I threw him out.

They look at each other, and then kiss. They lay down on the couch, still kissing.

CHRIS: (Coming) Look, if he’s still bothering you, Cass, then… (He looks at them) Oh, Ok… Got ya. Smokin’!

_______________________________________________________________

Tony is looking at his phone in his bedroom, and decides to call Michelle. He’s waiting, it’s ringing.

MICHELLE: (Answering) I love you, too.

She hangs up. He hardly breathes.

TONY: (Yelling) Woo-hoo!

 _________________________________________________________________________

Effy and Mrs Deluca are in the classroom, just both?

MRS DELUCA: Deadline is upon us. I have coursework from everyone of a very high standard. Pandora’s contribution is thrilling abstract. It simply reeks of emotion. The girl has great talent. (Showing the work “Hopeless”) Surprising. Even Ursula has come through with a little coaching. All As, without a doubt. Another triumph for the art department. All we need now is yours and we will have our 100% record for another year.

EFFY: (Sitting) It’s finished.

MRS DELUCA: Oh. Splendid. And which emotion have you depicted?

EFFY: Anger, jealousy, bitterness, tiredness, hope, lust… love.

MRS DELUCA: A veritable feast. So where is it?

EFFY: (Looking around) It’s everywhere.

MRS DELUCA: My dear girl, I’m not sure I understand.

EFFY: It’s conceptual. You just can’t see it.

MRS DELUCA: You’re saying you haven’t done it.

EFFY: No. I’m saying you can’t see it.

MRS DELUCA: Well, I’m not quite sure that’s going to work for the Anglo-Welsh GCSE Board now, is it?

EFFY: No. They’ll just have to expel me. (Gets up) Goodbye, Madame Deluca.

MRS DELUCA: Goodbye, Effy. (Gets up too) Effy… (Effy turns around) I was going to tell you about Georges Braque. He was a very great artist and also truly remarkable at oral sex. Anyway, he gave me some advice I’ve always remembered.

EFFY: What was it?

MRS DELUCA: If they don’t like it, fuck them. (Effy leaves.) Ah, Georges, Georges… Georges…

_________________________________________________________________________

Jim, Tony and Effy’s father is coming home.

JIM: Hello! (He enters into the kitchen, the table’s ready, there are flowers.) I’m back!

TONY: (Going downstairs) Hi, Dad.

JIM: Hi. They let me come back early.

TONY: That’s great.

JIM: Yes, isn’t it? Where’s Mum?

TONY: She’s asleep.

JIM: Oh. Well, she won’t mind if I go up, then. Tired after the flight, you know.

TONY: Fine.

JIM: So… You’re felling OK, son?

TONY: I’m feeling great, Dad.

JIM: Good. That’s really good. What you been up to?

TONY: Revision. It’s… good to have you back, Dad.

JIM: (Going upstairs) It’s good to be back.

_________________________________________________________________________

Jim enters in his bedroom. Anthea is still asleep. He kisses her on the forehead and sits next to her.

ANTHEA: (Waking up) Jim.

JIM: Came home early. Missed you.

ANTHEA: I’ve been asleep. Is everything all right?

JIM: Think so.

They kiss.

_________________________________________________________________________

Effy is in her bedroom, reading a book of Georges Braque, smiling.

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

jonathan68 
16.12.2016 vers 12h

Natsu800 
09.12.2016 vers 12h

marie8383 
21.11.2016 vers 19h

France8181 
04.09.2016 vers 01h

mpjuan06 
30.08.2016 vers 12h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bannière de l'animation HypnoTrésor

Ne manque pas...

HypnoChannel, la chaîne YouTube d'Hypnoweb recrute pour son équipe
Intéressé ? | Plus d'informations

Faites la collection des HypnoCards de la catégorie Cops&Feds !
En vitrine | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
April Pearson dans The Case of the Frightened Lady

April Pearson dans The Case of the Frightened Lady
L'oeuvre de l'auteur de romans policiers Edgar Wallace, The Case of the Frightened Lady (Quelqu'un a...

BAFTAS 2018 : Joe Cole nominé pour Black Mirror !

BAFTAS 2018 : Joe Cole nominé pour Black Mirror !
A l'occasion des British Academy Television Awards, la série Black Mirror est nominées dans...

Daniel Kaluuya remporte le prix du

Daniel Kaluuya remporte le prix du "Nouveau talent" aux BAFA
Daniel Kaluuya a reçu le Rising Star Award aux British Academy Film Awards 2018 qui se sont déroulés...

Troy: Fall of a City | Interview de Aimee Ffion Edwards

Troy: Fall of a City | Interview de Aimee Ffion Edwards
A l'occasion du lancement de la nouvelle série Troy: Fall of a City, co-produite par la BBC One...

Dev Patel incarnera David Copperfield

Dev Patel incarnera David Copperfield
La nouvelle a été confirmée en fin de semaine : Dev Patel a été choisi pour incarner David...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoPromo

grims, Avant-hier à 07:53

Nous vous attendons nombreux

Pikatchu, Avant-hier à 14:47

Photos à départager et pendu sur le quartier Reign !

serieserie, Avant-hier à 16:02

Direction Chicago pour voter pour le concours!

Triny, Hier à 09:01

Pour ceux qui n'ont pas encore pris le départ pour la chasse au trésor, il n'est pas trop tard !!

CastleBeck, Hier à 13:55

Deux quartiers attendent vos dans les préférences. Merci pour eux

HypnoBlabla

Sonmi451, Aujourd'hui à 21:25

je sais pas pourquoi mais je sens que je vais ressortir...

Supersympa, Aujourd'hui à 21:26

*Ejecte Sonmi à coup de pied dans l'arrière-train*^^

Sonmi451, Aujourd'hui à 21:30

rooo mais quelle violence!

Sonmi451, Aujourd'hui à 21:30

je suis offusquée! Pour un SuperS, je dis qu'il y a tromperie sur la marchandise

Supersympa, Aujourd'hui à 21:32

C'est de ta faute : tu n'arrêtes pas de sortir des vannes à 0 euro^^

Viens chatter !